• Compte Bancaire
    Jusqu'à 80€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    jusqu'au 30 mai 2017

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. 
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 30 mai 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 29 juin 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 juin 2017 et 50€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    50€ offerts *
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/06/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

     

  • Crédit immobilier
  • Mag

Investissement : le Mexique à la croisée des chemins

L’optimisme entourant les réformes lancées par le président Enrique Peňa Nieto semble se transformer en pessimisme à l’égard du Mexique, surtout d...

Mexico

Les liens commerciaux et financiers du Mexique avec les Etats-Unis sont étroits. Le déficit de confiance des investisseurs risque de continuer à peser sur les actifs mexicains, la devise, les investissements domestiques, les investissements directs étrangers et la croissance du PIB. Du côté des bonnes nouvelles, des mesures ont finalement été prises pour renforcer la position financière de l’entreprise publique Pemex (Petróleos Mexicanos) et stabiliser la production d’or noir.

Le président américain dispose des pleins pouvoirs constitutionnels à l’égard des affaires étrangères, ce qui lui permet d’imposer des restrictions commerciales ou de sortir de traités sans l’accord du Congrès. Une guerre commerciale avec le Mexique serait toutefois néfaste, pour les Américains, à la croissance et à l’emploi. Les exportations du Mexique vers les Etats-Unis portent, pour la plupart, sur des biens intermédiaires (composants pour l’industrie de l’automobile, par exemple). Les exportations annuelles du Mexique vers les Etats-Unis représentent près de 20 % de son PIB et 80 % du total de ses exportations.

 

Une période d’incertitude

« Même si les Etats-Unis, fait observer Sosi Vartanesyan, se retiraient de l’Aléna [Accord de libre-échange nord-américain, avec le Canada et le Mexique], imposaient des tarifs douaniers ou d’autres restrictions commerciales et limitaient les transferts de migrants, il faudrait calculer l’impact exact de ces mesures sur l’économie mexicaine. »

Le Mexique est un pays de 127 millions d’habitants, dont la croissance peut être estimée cette année à 2 %, niveau inférieur à celui de ses homologues d’Amérique latine, et à 2,5 % en 2018. Sa dette publique a progressé ces dernières années à plus de 50 % du PIB, en partie du fait de la chute des prix du pétrole et de son impact sur les recettes budgétaires. La faiblesse du peso (devise qui a perdu 17 % l’an dernier face au dollar) s’explique, en particulier, par le déséquilibre des comptes extérieurs.

Des politiques intérieures défavorables et la mise en place par les Etats-Unis de mesures très protectionnistes pourraient entraîner de nouvelles baisses de la note du Mexique de la part des agences Moody’s et Standard & Poor’s. Malgré tout, la croissance du PIB mexicain devrait bénéficier de l’accélération de la croissance américaine. Les sorties de capitaux pourraient se tarir. Ceux qui tablent sur un regain de confiance peuvent s’intéresser, en appoint, avec un horizon d’au moins trois ans, à un tracker comme Amundi ETF MSCI EM Latin America. Celui-ci reflète le comportement d’un ensemble d’une centaine de valeurs (Brésil, Mexique, Chili, Colombie, Pérou)

Découvrir aussi

Nos recommandations

Les élections politiques qui ont eu lieu de chaque côté de l’Atlantique ont fait passer au second plan la situation économique en Chine. Une spécialiste ...

Dans le domaine de l’épargne financière, personne n’a encore trouvé de meilleur moyen pour protéger ou pour améliorer son pouvoir d’achat ...

La planète finance tourne au rythme des Etats-Unis. Le résultat de l’élection présidentielle du 8 novembre dépasse donc le cadre américain.

S’ils veulent diversification et contrôle du risque, les investisseurs français se nourriraient d’illusions sur les bienfaits de la gestion indicielle.