• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Point Marchés Amundi - Avril 2015

Le trimestre s’achève sur une note positive pour les marchés et particulièrement pour la zone Euro. Le point.

Les marchés actions ont continué de progresser en mars avant de marquer une légère pause en fin de mois. Le bilan du premier trimestre est positif pour les indices européens grâce au trio : baisse de l’euro, baisse du pétrole et taux bas.

L’élément clef du mois et de ce début d’année reste l’action des banques centrales.

En Europe, le démarrage des achats d’actifs par la Banque centrale européenne a été acté le 9 mars sur au moins 18 mois.

Parallèlement, la Banque Centrale Américaine prépare les esprits à une hausse des taux au second semestre tout en gardant une approche prudente.

Coté obligations, les injections de liquidité de la banque centrale ont de nouveau tiré les rendements obligataires vers le bas. Cette pression baissière va certainement se poursuivre.

L’euro a de nouveau baissé face au dollar. Quant au pétrole, il repasse sous les 60 $ malgré les événements au Yémen.

Perspectives macroéconomiques d’Amundi

En zone Euro, les chiffres du premier trimestre sont encourageants grâce au trio : baisse de l’Euro, baisse du pétrole et taux bas.

L’Allemagne et l’Espagne tirent la reprise. La situation en France est un peu meilleure. Le climat des affaires se redresse. Il est au plus haut depuis trois ans. La demande de crédit des entreprises et des ménages s’améliore, ce qui est bon signe. Pour autant, il ne faut pas tomber dans un excès d’optimisme : certains risques n’ont pas disparu.

En revanche, côté américain on observe une petite baisse de régime. La conjugaison de la hausse du dollar et de la baisse du pétrole commence à peser sur certains secteurs. La consommation des ménages souffre un peu. La reprise observée ces derniers mois reste néanmoins à l’ordre du jour d’autant que le marché de l’emploi reste bien orienté.

En Chine, la situation reste mitigée. La demande interne reste morose, l’immobilier ralenti et la production industrielle baisse. Pour l’instant, les autorités pilotent assez bien ce ralentissement via des politiques budgétaires et monétaires ciblées.

La situation au Japon est un peu meilleure. L’effort du gouvernement pour inciter les entreprises à augmenter les salaires commence à porter ses fruits, notamment dans les grands groupes.

En 2015, la croissance mondiale restera tirée par les pays développés et les politiques accommodantes des banques centrales qui pour l’instant communiquent très bien. C’est d’ailleurs ce qui rassure les investisseurs… mais les risques n’ont pas disparu : ils ont été écartés quelques mois.

Les arbitrages d’Amundi

Avec des taux aussi bas, Amundi va continuer de favoriser les actifs risqués… là où les banques centrales sont à la manœuvre.

À commencer par les actions de la Zone euro qui profitent toujours d’une conjonction de plusieurs facteurs :

  • Baisse de l’euro
  • Baisse des matières premières
  • Taux bas et démarrage des achats d’actifs par la BCE.

Mais selon Amundi, le marché devrait se stabiliser et légèrement consolider dans l’attente des premiers résultats d’entreprises à compter de mi-avril. L’asset manager va donc prendre ses bénéfices car une pause est prévisible.

Au niveau sectoriel, Amundi demeure positif sur les banques européennes. Elles profitent des achats d’actifs de la BCE et de l’amélioration du marché du crédit en Zone euro.

Amundi reste favorable aux actions japonaises qui ont bien monté ces derniers mois mais en prenant tout de même quelques bénéfices.

Côté américain, l’économie reste robuste. Cependant, la hausse du dollar commence à peser sur les comptes des entreprises et la perspective de hausse des taux n’arrange pas les actions. Donc, Amundi conserve mais ne renforce pas.

L’asset manager conserve également ses actions indiennes en dollar, toujours pour les mêmes raisons : une monnaie stable, peu d’inflation et un gouvernement actif dont les réformes ont été confirmées lors du vote du budget fin février

Côté taux, la BCE a commencé à acheter pour 60 milliards d’euros d’obligations par mois ce qui contribue mécaniquement à réduire les taux des emprunts d’États de la Zone euro. Cela peut encore baisser dans certains pays périphériques comme l’Espagne ou l'Italie.

Amundi va donc privilégier les obligations publiques de ces pays. Mais au global, il préfère quand même les obligations privées à haut rendement : elles offrent un meilleur potentiel de hausse.

Amundi conserve aussi ses obligations publiques émergentes bien notées émises en dollars pour bénéficier de rendements élevés.
Enfin, Amundi favorise toujours le dollar car il est porté par la croissance américaine et la future hausse des taux.

Attention ! Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
Avant d’investir, consultez le Mémento de l’investisseur en Bourse.