• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Point Marchés Amundi - Juin 2015

Volatilité des marchés financiers, zone euro secouée par la crise grecque, Amundi Asset Management partage son analyse.

Environnement de marchés

Mai a été très volatile sur les marchés financiers mais dans l’ensemble le mois se termine plutôt bien. Pour la  Zone euro, c’est un mois pour rien, avec des indices secouée à cause de la Grèce.

Coté Banques Centrales, la FED a réitéré son intention de relever ses taux cette année.  

Et la BCE poursuit ses achats d’actifs obligataires. Elle pourrait même les accélérer dans les mois à venir pour endiguer tout risque de rebond brutal des taux longs en Zone euro.

En effet, les taux à long terme ont remonté en mai. A lui seul, le taux de rendement du 10 ans allemand a été multiplié par 10 en quelques jours. Cette correction nous semble logique car il avait beaucoup baissé et trop vite. On revient donc à une situation un peu plus normale ! 

Enfin, l’euro a un peu baissé contre le dollar, et le pétrole aussi.

 

Amundi : ses perspectives économiques

Passons à l’environnement économique

Bonne nouvelle : la croissance se confirme en Zone euro. Et en France aussi. La baisse du pétrole y est pour beaucoup car elle favorise la consommation des ménages. Mais ce facteur sera moins impactant au cours des prochains trimestres. Néanmoins, la reprise devrait continuer car l’accès au crédit bancaire s’améliore et l’euro devrait rester bas, encore un bon moment. En conséquence, Amundi a relevé sa prévision de croissance pour 2015 malgré l’hypothèque grecque.

Côté américain, les choses sont plus compliquées. La croissance a reculé de 0,7 % au premier trimestre, en raison de la chute des investissements dans le secteur pétrolier et d’une baisse de la consommation. La hausse du dollar commence aussi à poser problème. Nous pensons que cela devrait s’améliorer un peu au 2eme trimestre. Pour cette raison, nous ne remettons  pas en cause la reprise américaine. Ainsi, le second semestre devrait être meilleur que le premier.

En Chine, le ralentissement se confirme. La croissance au 1er trimestre est ressortie au plus bas depuis 6 ans. Le deuxième trimestre ne devrait pas être meilleur malgré quelques signes d’amélioration sur le marché immobilier.

Au Japon, la croissance est au rendez-vous au 1er trimestre mais elle est encore un peu juste.  La hausse des salaires, attendue pour que le pays sorte durablement de la déflation, tarde à venir. Du coup, la Banque Centrale du Japon se tient prête à soutenir le mouvement de reprise.

En 2015, la croissance mondiale restera tirée par les pays développés et la bonne volonté des banques centrales. Les pays émergents devraient ralentir mais les situations sont très diverses d’un pays à l’autre. En revanche, les risques sont multiples : Grèce, ralentissement chinois, voire l’impact d’une brusque hausse des taux. Bref, il y a encore beaucoup de volatilité devant nous.

 

Les choix d’investissement d’Amundi

Malgré le retour de la volatilité, nous restons positifs sur les actifs risqués provenant des zones où les banques centrales sont à la manœuvre.

Nous avons profité du repli des actions européennes pour nous renforcer. Car, outre, les trois facteurs que vous connaissez,  elles commencent aussi à profiter de la reprise dans la zone.

Et, pour la 1ère fois depuis 5 ans, on a des révisions en hausse des prévisions de résultats d’entreprises.

Au niveau sectoriel, nous restons positifs sur les banques européennes car elles vont bénéficier de la reprise du crédit pour les entreprises et les ménages. Et, nous introduisons une diversification sur les valeurs liées aux fusions-acquisitions car ce secteur va profiter de la politique monétaire de la BCE et de la baisse de l’euro.

Nous gardons nos actions japonaises car le yen est faible et la Banque du Japon fera tout pour soutenir la croissance nipponne.

Nous sommes neutres sur les actions américaines car elles sont chères alors que le dollar monte et qu’une hausse des taux américains se profile à l’horizon.

Et enfin, nous gardons nos actions indiennes libellées en dollar.

Côté taux, après la forte correction observée sur les emprunts d’Etats de la Zone euro, nous pensons que les taux vont se stabiliser voire baisser dans les mois à venir grâce aux achats de la BCE. Dans l’attente, nous privilégions les actifs offrant du rendement sans prise de risque excessive. Des obligations publiques italiennes et espagnoles, des obligations privées, des obligations à haut rendement européennes et américaines et des obligations publiques émergentes en dollars.

Et toujours dans l’optique de trouver du rendement, nous avons acheté des obligations d’entreprises américaines.

Nous gardons aussi notre thématique inflation. En effet, le rebond des prix du pétrole et les achats d’actifs de la BCE ont contribué à une hausse des anticipations d’inflation. Ce qui est bon pour ces obligations.

Enfin, nous restons positifs sur le dollar car il est porté par la future hausse des taux.