Point Marchés Amundi - Octobre 2016

Dans l’ensemble, la rentrée est assez mitigée pour les marchés financiers, à l’exception, des marchés émergents qui surperforment.

Côté banques centrales, c’est plutôt calme

La BCE maintient son statu quo. La Banque du Japon (BoJ) a opté pour une nouvelle stratégie. Son objectif est de maintenir les taux proches de zéro sans injecter plus de monnaie. Et, enfin la Fed qui ne bouge pas ses taux mais réitère son intention de le faire prochainement.

Par conséquent, les rendements des emprunts d’État à 10 ans ont été volatils. Avec toujours un 10 ans allemand en territoire négatif.Côté devises

l’euro progresse face au dollar. L’or continue de monter ! Et, le pétrole finit en hausse après avoir fait le yo-yo tout au long du mois. À noter la décision historique des membres de l’OPEP : pour la première fois depuis 8 ans, ils ont décidé de limiter la production de pétrole.

Une croissance mondiale autour de 3%

En Zone euro, la croissance du 2e trimestre se confirme. Le cycle de crédit est positif, le climat des affaires s’est redressé et l’emploi s’améliore. La reprise s’étend à de nombreux secteurs grâce à une banque centrale toujours aussi accommodante. Pour l’instant, les effets du Brexit restent marginaux.

Aux États-Unis, les données mensuelles sont mitigées du côté des mises en chantiers et des services. En outre, l’inflatiNous accélère et la hausse des salaires se confirme. Et la confiance des consommateurs continue de progresser. Mais, pour nous, tout cela ne remet pas en cause la reprise pour le second semestre. De plus, les marchés restent confiants avec une hausse des taux qui se profile au mieux en fin d’année.

En Chine, les ventes au détail et l’investissement progressent. Côté commerce, les exportations sont en hausse et la production industrielle suit la même tendance. Ces données confirment la stabilisation observée depuis quelques mois. L’économie chinoise bénéficie des mesures monétaires et budgétaires prises par le gouvernement.

Au Japon, la croissance du PIB au 2e trimestre a été revue en hausse mais l’ensemble reste très faible. Certaines enquêtes montrent des signaux positifs au niveau de l’activité des entreprises et de l’emploi. Mais pour le moment l’activité du côté des ménages reste dégradée. Dans l’attente d’un nouveau stimulus fiscal, les marchés restent attentistes.

Pour nous, la croissance mondiale devrait graviter autour de 3 % cette année. Et elle sera encore tirée par la consommation dans les pays développés.

Le risque politique sera au centre des préoccupations les prochaines semaines. Et cela, aussi bien en Europe qu’aux Etats Unis.

Par conséquent, nous gardons un biais prudent dans nos allocations, tout en privilégiant les actifs de rendement et la diversification internationale.


Nous reste positionné sur la Zone euro à moyen long terme afin de bénéficier de la reprise. Mais, à court terme, nous restons neutres à l’approche des nombreuses échéances politiques qui seront sources de volatilité.

Nous reste neutre aussi côté américain. Après les records de hausse de ces dernières semaines, nous pensons que les valorisations sont élevées et que le risque politique est important à l’approche des élections présidentielles.

En revanche, nous sommes positifs sur les marchés émergents. Pourquoi ? Eh bien, toujours pour les mêmes raisons : rebond des matières premières, stabilisation de l’économie chinoise et des devises émergentes, ainsi que l’activisme des banques centrales. De plus, les flux financiers vers ces pays sont restés positifs après l’annonce de la Fed.
Et nous gardons aussi nos actions japonaises.

Sur la partie obligataire, la recherche de rendement reste un thème majeur dans un environnement de rendement monétaire négatif et de taux long, bas. Nous allons continuer de privilégier les compartiments qui offrent des rendements intéressants, à l’image des obligations d’entreprises et des obligations à haut rendement européennes et américaines mieux notées.

Et, nous gardons nos positions en obligations d’État des pays émergents libellées en dollar.


 

Découvrir aussi

Nos recommandations

Les investisseurs n’hésitent pas à revenir vers ce qu’ils avaient délaissé. Aujourd’hui, les marchés émergents sortent du purgatoir...

Vous avez un contrat d’assurance-vie ? Découvrez les avantages des versements programmés.

Près de 61% des Français franchissent leur autorisation de découvert chaque année alors que les solutions de gestion personnalisée se multiplient. 

Une excellente raison pour se pencher sur les nouveaux réflexes à acquérir, afin d’en tirer le meilleur parti !

Le projet de loi de finances pour 2017 a été dévoilé. Serez-vous concerné par les mesures fiscales ?