• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Location saisonnière : une assurance est-elle obligatoire ?

Facultative, l’assurance d’une location saisonnière est toutefois recommandée ! Quels sont les choix possibles pour chacun ?

Assurance location saisonnière

Vous êtes propriétaire : devez-vous vous charger de tout ?

En premier lieu, le propriétaire qui souhaite louer un bien doit prévenir son assureur et choisir le degré de responsabilité qu’il souhaite endosser.

Si vous avez souscrit un contrat multirisque habitation à l’année pour votre bien, celui-ci peut comporter différents types de clauses, dont une assurance location saisonnière. Par exemple, s’il comprend la couverture du locataire pour tous les dégâts causés à lui-même ou à des tiers et pour les dégâts des eaux et d’incendie, le locataire n’a pas besoin de s’assurer de son côté.

 

Vous êtes locataire ? Qu’en-est-il de votre responsabilité ?

Dans le cas où le propriétaire n’a pas souscrit d’assurance lui-même, ou qu’il en a choisi une restrictive, il peut exiger de vous – le locataire – (par inscription dans le contrat de location) que vous soyez assuré. Rien n’est obligatoire. Si le propriétaire n’a rien demandé, c’est à vous de vous renseigner en lisant bien le contrat de location ou en interrogeant le propriétaire ou l’agence de location. Si vous devez vous assurer par vos propres moyens, plusieurs solutions s’offrent à vous…

  • Regardez si l’assurance de votre habitation principale dispose de la « garantie villégiature ». Cette dernière couvre les locations saisonnières, mais vérifiez-en les détails. Elle peut, par exemple, ne fonctionner que dans certains pays voire en France seulement, elle peut fixer un plafond des montants assurés ou être limitée dans le temps. Si tout cela ne correspond pas à ce qui est prévu, demandez une extension de garantie.
  • Si votre assurance habitation principale ne vous couvre pas déjà, demandez d’inclure la garantie location saisonnière.
  • Pensez à vérifier si vous n’êtes pas déjà couvert par votre carte bancaire.
  • Sinon, il existe des assurances location saisonnière spécialement étudiées pour les vacanciers. Elles vont proposer un panachage entre les assurances qui couvrent les dégâts des eaux ou d’incendie, les torts causés aux tiers, etc. Elles couvrent en plus les risques typiques des vacances : le vol ou la perte des bagages, une assurance annulation ou une assurance dans le cas où le bien ne correspondrait pas à la description. Elles peuvent être proposées par des organismes d’assurance spécialisés ou bien par l’agence de location (réelle ou en ligne) à qui vous louez le logement.

 

10 informations indispensables dans votre contrat de location saisonnière

  1. Coordonnées et adresse de la location.
  2. Règles concernant les animaux ou les fumeurs dans le logement loué.
  3. Nombre d’occupants maximum accepté.
  4. Jours et heures d’arrivée et de départ.
  5. Coût de la location, incluant les taxes et éventuels suppléments.
  6. Modalités de paiement (arrhes ou acompte, solde)
  7. Politique d’annulation mentionnant les textes de loi (par exemple les cas de force majeure).
  8. Conditions de départ : ce que vous attendez de vos locataires avant le départ (ménage par exemple).
  9. Modalités de remboursement de la caution.
  10. Politique concernant les retards (conditions climatiques ou circulation par exemple).

 

4 conseils pour éviter les tracas

  1. Lire attentivement les contrats de location saisonnière dès réception, afin d’avoir le temps de bien préparer vos vacances.
  2. Prévoir d’emporter une copie de votre contrat dans vos valises, d’autant plus qu’il existe un délai pour prévenir son assureur en cas de sinistre. Il sera donc utile de trouver rapidement les coordonnées de votre assureur.
  3. Prendre le temps de faire un état des lieux. Pour le locataire comme pour le propriétaire, l’état des lieux (comprenant un inventaire), établi au début et à la fin du séjour, est une base sur laquelle s’appuyer en cas de désaccord pour les petits dégâts. Il n’est pas obligatoire, mais en cas de litige le propriétaire est avantagé par un article du Code civil qui stipule que, sauf preuve contraire, le preneur est censé avoir reçu le bien en bon état et doit le rendre comme tel. Quoi qu’il en soit, le propriétaire peut payer les réparations avec tout ou partie du dépôt de garantie reçu du locataire à l’entrée dans les lieux, ou activer les assurances en cas de problème plus important.
  4. Penser à ce qui se passe dans l’habitation principale pendant les vacances (pour le locataire) et dans la location saisonnière pendant qu’elle est inhabitée (pour le propriétaire). En effet, beaucoup de contrats multirisques habitation ont une clause qui exclut la garantie vol quand l’habitation reste vide plus de 90 jours de suite. Une solution peut consister à mettre en place un système de télésurveillance.