• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,50% TAEG

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable 14 novembre au 4 décembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 15 000€ entre 25 et 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 219,02, hors assurances facultative. Le montant
    total dû est de 10 512,96€. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,50%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

« Reviens Léon, on innove à la maison » : la France de nouveau attractive ?

Une dizaine d'entrepreneurs français vient de lancer une tribune appelant les talents français expatriés à revenir chez eux.

la France de nouveau attractive

Leur mouvement baptisé "Reviens Léon" fait référence à un vieux slogan publicitaire pour des raviolis (« reviens Léon, j’ai les mêmes à la maison »). Il sera complété d’un programme d'attractivité internationale destiné aux start-up françaises.

Mais où en est l’attractivité de la France ? Hasard du calendrier : Ernst & Young vient de publier son baromètre pour 2014. Si les investissements étrangers sont en hausse, la déception vient du nombre des emplois générés : en baisse.

Un rebond des investissements qui se confirme

En 2013 un rebond des investissements étrangers en France avait déjà été observé.

Première bonne nouvelle : le rebond se confirme en 2014  voire s'amplifie selon le baromètre Ernst & Young. On compte 608 projets en 2014, soit une hausse de 18 % par rapport à 2013. Ce chiffre est à comparer à une hausse de 10 % pour l’ensemble de l’Europe.

Toutefois la France se place troisième, derrière l'Allemagne et le Royaume-Uni. Ce dernier pays est apprécié pour la souplesse de ses dispositifs et son coût du travail.

Des investisseurs prudents : le coût du travail en cause

La France reste la première destination en Europe pour les projets industriels qui ont pourtant créé peu d’emplois. Ernst & Young constate que les implantations industrielles qui sont génératrices de créations d'emploi, sont de faible taille, et ne sont en fait en très grande majorité - à 80% - que des « extensions d'unités existantes ».

En termes d’emploi, les créations ne sont donc au rendez-vous. Les 608 décisions d'investissement direct étranger (IDE) intervenues l’an dernier n’ont généré que 12 577 emplois. Ce chiffre est en baisse de 11 % par rapport à 2013.

La France est ici très mal lotie car sur l’ensemble des pays européens observés par Ernst & Young (43 exactement), la hausse des investissements étrangers a généré 12 % de plus de créations d’emplois que l’an dernier. La France est pénalisée par les dimensions coût et flexibilité du travail, selon le baromètre qui note que :

« les investisseurs restent critiques sur le niveau élevé de notre fiscalité (qui doit être allégée en priorité pour 43 % d’entre eux), sur le coût du travail (pour 34 %) et sur l’assouplissement administratif et juridique de l’environnement des affaires (mesure prioritaire citée par 32 % des personnes interrogées) ».

Les attraits de la France

Qu’apprécient les investisseurs étrangers en France ? La taille, la qualité de son marché et de ses compétences, sa capacité à innover et à attirer et former des talents, résume 20 minutes.fr.

« Si l’économie française ne propose pas de croissance, elle reste puissante et diversifiée », ajoute le quotidien.

En conclusion les investisseurs la jugent comme « une localisation satisfaisante » avec 62 % de satisfaits, quasiment au niveau de 2013. Néanmoins, note l’enquête, « les investisseurs non implantés sur notre sol, c’est-à-dire nos clients potentiels, se montrent nettement plus réticents avec 41 % d’appréciations positives.

« Reviens Léon »

Parmi les créateurs d’entreprise à l’origine de la campagne baptisée « reviens Léon » et lancée le 27 mai, on trouve les fondateurs de BlaBlaCar, Criteo et de Showroomprive.com. Le secrétariat d'État chargé de l'économie numérique octroiera un soutien sous forme du label French Tech qui sera donné aux start-up qui décideront de rentrer en France.

Les cosignataires de cette campagne, remarque "un souffle créatif inédit" et ajoutent dans leur tribune publiée dans le Monde :

"la France est, aujourd’hui, l’un des terreaux entrepreneuriaux les plus fertiles en Europe et dans le monde".