• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Conseiller bancaire : quelle relation pour demain ?

Avec le développement des banques en ligne, la relation que vous entreteniez avec votre conseiller bancaire a considérablement évolué. Le Point.

Extrait de la conférence live du 26 mars avec Elodie Toustou, journaliste spécialisée chez Mieux Vivre Votre Argent et Adrien Pigeot, consultant Banque Digitale chez CAPA Invest, un cabinet de conseil spécialisé dans le monde de l’assurance et de la banque.

Thomas Blard – Est-ce que ce paysage va changer ? Est-on à l’aube d’un grand changement, d’une grande modification ?

Adrien Pigeot – Les GAFA arrivent sur ce secteur là. Il y a un besoin pour les banques de se réinventer, de réinventer la relation avec leur client, donc les outils de gestion de finances personnelles en font partie.

Thomas Blard – Si on suit cette évolution, comme l’évolution de l’espèce, il y avait les agences, ensuite la banque en ligne et là on va entrer dans une nouvelle ère, c’est une nouvelle étape, un nouveau chapitre ?

Adrien Pigeot – Alors, l’agence à mon sens n’est pas morte, il ne faut pas l’enterrer même si elle est aujourd’hui moins fréquentée. Le discours aujourd’hui des banques traditionnelles c’est plutôt de dire « on a compris, allons vers le digital mais gardons une présence sur le territoire, au plus proche des clients, avec nos agences », c’est d’ailleurs leur force aujourd’hui. Le risque aujourd’hui pour les banques c’est que des start-ups arrivent sur ce secteur là. Il y a également des géants de l’internet, chacun est en train d’essayer de grappiller son petit morceau et une des questions est : est-ce que la banque de particulier, ce qu’on appelle la banque de détail, n’est pas en train de se désagréger ?

Thomas Blard – Une spécialisation de plus en plus forte qui serait adaptée à des profils, on pourrait imaginer une banque dédiée aux shoppeuses, d’autres aux amateurs de grosses voitures, non ?

Elodie Toustou – N’allons pas jusque là, néanmoins ça peut retisser du lien entre les banques en dur et leurs clients, et peut-être leur proposer de nouveaux services, de nouveaux rendez-vous avec des conseillers qui ne sont pas que des conseillers financiers cantonnés à vous proposer des produits d’épargne ou à vous vendre du crédit.

Thomas Blard – Autour des centres d’intérêts justement ?

Elodie Toustou – Des centres d’intérêts ou de la manière dont on gère son budget aussi. On peut, peut-être, imaginer un conseiller qui va vous dire “On va se mettre autour de la table et analyser vos dépenses et voir ce que vous pourriez faire pour que ça aille mieux, pour que vous épargniez plus et que vous vous retrouviez moins en difficulté”.

Thomas Blard – Une dernière question pour vous deux, on a commencé cette émission en faisant le constat que les Français n’étaient pas très adeptes de la gestion budgétaire, est-ce que vous pensez que toute cette évolution, cette culture nouvelle, ces outils nouveaux, vont les changer ?

Adrien Pigeot – Je pense que c’est dans leur intérêt en tout cas. L’idée derrière tout ça c’est bien sûr se dégager des marches de manoeuvre, s'enrichir sans voir ses revenus progresser.

Thomas Blard – C’est une belle philosophie ça, gagner plus sans gagner plus !

Adrien Pigeot – Voilà, et le but derrière c’est évidemment de gagner du confort de vie et les outils aujourd’hui font beaucoup de choses à notre place donc c’est dommage de ne pas s’y intéresser…

Elodie Toustou – Je pense aussi que cela va être une tendance parce que les outils sont tellement simples à utiliser, tellement intuitifs que ceux qui utilisaient des cahiers ou des tableurs Excel vont, peut-être, les laisser tomber et d’autres vont y venir. Depuis que c’est disponible sur les smartphones et les tablettes c’est très simple, donc je pense que ça va se développer évidemment !