Gagner moins pour vivre mieux, les parisiens filent en Province

Paris, le Graal du cadre dynamique ? Faux !

Parisien province

Selon une étude de Cadremploi.fr, 80% des cadres parisiens seraient prêts à baisser leur salaire, voire à changer de métier ou de poste, pour quitter la capitale et profiter d’un cadre de vie paisible en province.

Huit cadres parisiens sur dix privilégient la qualité de vie

Si la région parisienne offre une concentration exceptionnelle d’offres d’emplois et une vie culturelle trépidante, l’herbe semble pourtant plus verte ailleurs : 80% des cadres interrogés envisagent de quitter la capitale. En cause, la fatigue ressentie face au rythme intense de la ville, poussant 53% d’entre eux à se déclarer insatisfaits. Le temps perdu dans les transports épuise 70% des participants à l’étude, 57% accusant les loyers trop élevés et 55% le coût de la vie, ainsi que la pollution. La goutte d’eau ? Le manque de proximité avec la nature pour 48% des cadres parisiens, augmentant le stress d’un quotidien surchargé.

Partir, mais comment ?

Parmi les 80% de cadres parisiens envisageant un changement, 40% sont fermement décidés à déménager dans les trois ans. Reste à trouver comment, bon nombre d’entre eux ne pouvant espérer les mêmes conditions de travail en province. Qu’importe, la quasi-totalité des interrogés se déclare prêts aux concessions : 54% d’entre eux envisagent une baisse de salaire, 48% une reconversion professionnelle, 45% un poste hors d’un siège social. Près de 36% accepteraient même un niveau de poste moins élevé. Dans tous les cas, le constat est identique, trouver l’équilibre entre vie professionnelle passionnante et vie personnelle apaisante n’est pas chose facile dans la capitale.

Partir, mais où ?

Il ne sera pas dit que les cadres parisiens rêvent d’une bergerie en pleine campagne. Entre mer et soleil, Bordeaux arrive à la première place des rêves d’exil, avec 56% des votes plébiscitant le climat. Sur les 3689 sujets interrogés, 42% citent également Lyon comme ville de prédilection et d’opportunités professionnelles. En troisième position, Nantes ne rougit pas de ses 41%, célébrée pour son dynamisme économique. Arrivent ensuite Toulouse, puis Montpellier et Nice pour leur climat, avant Rennes pour son marché de l’emploi. L’attrait de la mer et du soleil tiennent décidément la tête de la vie provinciale rêvée, 88% des cadres prêts à quitter la capitale recherchant, avant tout, un meilleur cadre de vie !

Découvrir aussi

Nos recommandations