• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,50% TAEG

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable 14 novembre au 4 décembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 15 000€ entre 25 et 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 219,02, hors assurances facultative. Le montant
    total dû est de 10 512,96€. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,50%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Rigueur bis : lendemain de G20 et nouveau plan Fillon

Suite au sommet du G20 à Cannes, François Fillon a annoncé ce matin une nouvelle batterie de mesures d'économies à caractère fiscal et portant sur le budget de l'État. Revue et classement.

Plan Fillon, rigueur

Tous les projecteurs médiatiques étaient braqués ce lundi matin, à 12h, sur la conférence de presse donnée par François Fillon. Au lendemain d'un G20 cannois tendu assuré par Nicolas Sarkozy, faisant suite au dernier sommet franco-allemand estival, le Premier ministre assurait le service après-vente, pour un nouveau plan de rigueur bis. Pour mémoire, celui-ci fait en effet suite à un premier plan Fillon déjà posé fin août, et que l'aggravation de la crise rendait nécessaire.

Un plan qui se veut donc musclé et réorganisé, sur un nouveau terme ambitieux : 2016, 2,6 milliards d'euros d'économies à produire pour y "ramener le déficit à 0", rien moins. Le tout sur un élan solidaire attendu, car "notre souveraineté nationale exige quelques sacrifices".

Les mesures fiscales phares

Quelles sont les mesures phares de ce nouveau dispositif ? Nous les avons classées par thème, au-delà du cap général fixé "d'aller plus loin que le gel des dépenses de l'État" :

 

  • mesures cosmétiques : elles touchent le terrain politique, et visent à "limiter le remboursement des dépenses de campagne électorale" ainsi que le "gel des salaires du gouvernement". Pour F. Fillon, elles ont vertu d’exemple en face des grands patrons, appelés nettement à plus de retenue ;
  • mesures fiscales sur les niches : le cap est donné d’un effort de "2,6 Mds d'€ d'économie supplémentaires sur les niches fiscales", matérialisé d'emblée par la suppression du dispositif de défiscalisation Scellier (pour les placements immobiliers / cf AFP). Mais d'autres mesures entrent en ligne de compte sur le prêt à taux zéro et le crédit d'impôt développement durable;
  • mesures fiscales sur le capital : l'objectif étant de "réduire l'écart entre revenus du travail et revenus du capital", le gouvernement fait passer le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 19% à 24%;
  • mesures fiscales générales : la TVA à taux réduit est relevée de 5,5 à 7% (cf AFP), ce qui se portera "sur tous les produits et les services à l'exception des produits de première nécessité, notamment l'alimentation". Elle touche en premier plan "le taux réduit dans la restauration servie à table, qui avait été ramené de 19,6% à 5,5% le 1er juillet 2009"; 
  • mesures fiscales pour les entreprises : François Fillon propose sur l’impôt pour les entreprises une « majoration temporaire de +5% pour (celles) dont le C.A est supérieur à 250 M€ ».

 

 

Atouts mais réalisme

Outre le dispositif d'économies, le Premier ministre tenait aussi à souligner les atouts de la France pour rebondir dans cette épreuve de rigueur budgétaire. Notamment des "infrastructures performantes, de grandes entreprises, des PME innovantes, etc" ainsi qu' "une épargne privée dynamique". Sur laquelle, les mesures ne portent pas donc, afin de ne pas l'obérer.

Ces atouts étaient brossés tout en restant réaliste, notamment durant les questions des journalistes. François Fillon a notamment précisé : "Sur la croissance à venir, je ne suis pas devin... C'est une crise de confiance sur l'endettement en zone euro. La réalité ? Une partie de l'activité économique s'est déplacée dans d'autres pays".

NB : nous reviendrons demain mardi sur les actualités et nos blogs, sur les réactions et commentaires consécutifs à cette conférence de presse, ainsi qu'aux interventions télévisées attendues de MM Fillon et Hollande, ce soir 7 novembre.

Vous pouvez aussi lire la note d'analyse sur le blog de notre experte patrimoniale, C. de Francqueville, "Nouvelles mesures d'austérité et épargne des ménages".

L.D