• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Airbnb : un référendum pour restreindre la location à San Francisco

Le 2 novembre, les électeurs de San Francisco étaient amenés à se prononcer sur une limitation des locations touristiques. Airbnb a réagi.

airbnb

Ironie de l’histoire, c’est dans la ville où la Société Airbnb a été créée en novembre 2008 que, sept ans plus tard, les habitants de San Francisco ont eu à se prononcer sur une proposition visant à limiter davantage les locations de logements temporaires. De plus en plus contestée, la société a réussi à mettre en échec ce texte, présenté comme un référendum Anti-Airbnb : les électeurs n'ont pas voulu restreindre la location de logements de courte durée.

La proposition « F »

La proposition d'initiative populaire, dite « Proposition F », prévoyait une interdiction de location d’un appartement plus de 75 nuits par an, que les logeurs soient présents ou non.

Cette mesure constituait un durcissement des conditions actuelles du régime en vigueur caractérisé par :

- un plafond de 90 jours si l'habitant du logement le laisse entièrement à disposition des résidents ou touristes,

- mais aucune limite si l’habitant est présent dans le logement et loue juste une chambre d'amis par exemple.

Il s’agissait également en votant ce texte de faciliter d'éventuelles poursuites que pourraient engager des voisins d'appartements. Pourvu qu’ils habitent à moins de 30 mètres du lieu de l’infraction supposée, ils pourraient réclamer des dommages et intérêts pour non-respect de la loi.

La proposition F visait également à exiger qu’un rapport trimestriel soit transmis aux autorités municipales sur l’utilisation du local en question.

La proposition de loi, notamment soutenue par des représentants du secteur hôtelier et des associations de locataires visait à lutter contre la crise actuelle du logement dans la ville de San Francisco.

Une campagne virulente

Les prix de l’immobilier ont fait l’objet d’une flambée ces dernières années en raison notamment de la proximité de la Silicon Valley et de ses riches salariés. Le développement de la location de courte durée n’a a fait que renforcer la donne…

Comme dans plusieurs autres grandes villes dans le monde, les propriétaires préfèrent mettre leur bien en location touristique de courte durée via les plateformes de location. De même certains résidents  proposent une ou plusieurs chambres de leur logement.

Le débat précédant le scrutin a vivement opposé ceux qui accusent Airbnb d’être responsable de la pénurie de logements, de l’inflation des loyers et même d’expropriations.

Ces opposants jugent nécessaire un texte de loi pour que la municipalité agisse pour limiter les infractions aux législations sur les locations.

Un budget publicitaire de 8 millions de dollars pour combattre le projet

La dépense de 8 milliards de dollars engagée par Airbnb en publicité pour combattre la proposition d’un encadrement plus strict de la location de logements à court terme a contribué à mettre en échec le projet de réforme.

La plate-forme avait même recruté Chris Lehane, un ancien chargé de communication de Bill Clinton, note le Monde. De nombreux bénévoles ont fait du porte à porte ou appelé et contacté un grand nombre d’électeurs pour leur exposer les conséquences néfastes liées aux facilités données aux habitants pour engager des poursuites envers leurs voisins.

Une majorité de non

San Francisco s’en est donc remis à une décision de ses électeurs. C’est une originalité que notent les Echos. Le quotidien rappelle que la ville de Santa Monica a adopté en mai dernier de strictes mesures de réglementations interdisant des locations de courte durée d’immeubles entiers et que la municipalité de Los Angeles s’apprête à suivre le même chemin.

Finalement, c’est à une majorité de plus de 55 % que les électeurs de la ville ont rejeté la « proposition F ». Ce qui fait dire au Figaro : « San Fransico a perdu sa bataille contre Airbnb ».