• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Mieux vaut adresser un mail qu'une lettre à l'administration

On apprend qu'il vaut mieux envoyer un courriel qu'un mail à l'administration.

Contacter l'administration, mail plutôt que courrier

Eric Woerth l'avait promis, François Baroin l'a fait. Le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'Etat a présenté hier le baromètre de la qualité des services publics qui avait été annoncé en mars (Les Echos du 4 mars 2010). Sa vocation est double : être à la fois un "levier de modernisation de l'administration" et un "outil permettant de rendre compte en toute transparence aux Français des progrès réalisés". Ce baromètre s'articule autour d'une batterie de 17 indicateurs, concernant "les moments de la vie […] impliquant des démarches avec l'administration jugées particulièrement complexes". Ils seront actualisés tous les six mois.

Dans sa première édition, on apprend qu'il vaut mieux envoyer un courriel qu'un courrier (60% de réponses en moins de cinq jours contre 52 % de réponses en moins de quinze jours). On peut, en outre, constater que sur les réclamations, qui vont faire l'objet d'un traitement spécial sur mon.service-public.fr, il y a du chemin à faire. La part des services ayant mis en place un dispositif dédié est de seulement 26,3 %, et moins d'un plaignant sur deux est satisfait de son traitement.

Quant au "traitement effectif de la demande des usagers", il est analysé à partir de situations très concrètes, par exemple le pourcentage de patients pris en charge en moins de quatre heures aux urgences (77 %) ou encore celui des demandes de prestation sociale traitées en moins de quinze jours (78 %). Le délai moyen d'intervention des forces de l'ordre est, lui, évalué à treize minutes, et 95 % des demandes de rectification sur les impôts sont traitées en moins d'un mois. Quant au "taux de remplacement des enseignants au premier jour d'absence" pour l'école primaire, il est époustouflant : 90,7 %, pour une cible de 93 %. Malicieuse, l'Unsa-Education y voit un argument de qualité de service contre les suppressions de postes.

Cela dit, les choix du baromètre sont parfois surprenants. Ainsi, pour mesurer la qualité du service de l'administration en cas de perte de son portefeuille, il a été choisi de mesurer le temps nécessaire au renouvellement du passeport plutôt que de la carte nationale d'identité, plus logique mais peut-être aussi moins performant… Le délai de délivrance des titres de séjour ne fait pas partie des indicateurs examinés. Interrogé en mars sur le sujet, Eric Woerth avait pourtant assuré que les services d'accueil des étrangers dans les préfectures, dont la mauvaise qualité d'accueil et les délais d'attente sont légendaires, seraient aussi concernés.

Leïla DE COMARMOND