Nicolas Sarkozy annonce de nouvelles mesures fiscales et financières

Dimanche soir, devant + de 16M de Français, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a annoncé une batterie de nouvelles mesures économiques et de relance. Et aussi financière et fiscales.

Dimanche 29 janvier au soir, plusieurs annonces du Président (et non encore candidat aux présidentielles 2012) Sarkozy ont concerné le champs financier, fiscal et l'épargne. S'il a exclu toute hausse d'impôt nouvelle qui pèserait sur les ménages et les classes moyennes, d'autres mesures tentent de trouver des marges de manoeuvre rapides pour relancer l'économie tout en tenant compte du contexte de crise mondiale.

Tout d'abord, Nicolas Sarkozy a repoussé la notion de "TVA sociale" tant débattue dans l'arêne politique, mais a annoncé la hausse de... la TVA tout court. Ainsi, elle passera de 19,6% à 21,2% soit une augmentation de 1,6 points. En revanche, il a assuré que les taux réduits de TVA à 5,5% et 7% n'augmenteraient pas.

Transactions financières ciblées

Ensuite, les transactions financières seront taxées à hauteur de 0,1% dès le mois d'août : l'application de la fameuse taxe Tobin. Parallèlement, la CSG sur les revenus financiers sera relevée de deux points. Les Echos précisent que cette mesure à pour ambition de compenser 13 milliards d'euros de baisses de charges patronales.

L'ensemble de ces dispositions fiscales et ses conséquences sur les ménages sont détaillées par notre expert patrimonial, sur le blog Fiscalité.

Les retraites : pas de retour à 60 ans

Dans son intervention, Nicolas Sarkozy a également abordé le sujet des retraites, central dans son impact sur l'organisation de l'épargne des Français. Faisant allusion à la proposition du candidat PS François Hollande de revenir à la retraite à 60 ans, il a déclaré qu'un tel retour était “une folie“.

Sur son blog, Arnaud Balme détaille plus à fond cet avis sur la retraite du Président, pour qui cette mesure de marche arrière “conduirait le pays à la ruine. Si les gens travaillent moins longtemps, qui va payer leurs pensions ?"

Autres mesures : le chef de l'Etat compte aider les entreprises, d'abord par des exonérations de charges patronales et aussi par la création d'un banque des PME.

La rédaction.