• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Défiscalisation : match, Malraux versus Girardin industriel

Les dispositifs Malraux et Girardin industriel n'ont pas grand-chose en commun. Sauf, peut-être, d'être les deux plus gros moteurs de défiscalisation. Explications.

défiscalisation, deux modèles

Avec le Malraux, vous achetez un bien immobilier à rénover dans une zone protégée, généralement dans les centres-villes historiques et réalisez les travaux imposés par l'architecte des Bâtiments de France - travaux qui sont généralement supérieurs à la valeur d'achat. Une fois rénové, le logement doit être loué pendant au moins neuf ans. Avec le Girardin industriel, vous financez une partie d'un matériel professionnel qui sera ensuite loué pendant cinq ans à des entrepreneurs des DOM-TOM, par une société intermédiaire (SNC, société en nom collectif). Au terme, le matériel leur est cédé pour une valeur symbolique.

Achat d'un logement ou de matériel industriel

Dit comme cela, on pourrait trouver des similitudes dans les deux dispositifs, mais en fait, il n'en est rien. Avec le Malraux vous devenez propriétaire et le restez : au bout des neuf ans de location, le bien vous appartient et vous pouvez en disposer comme bon vous semble. Avec le Girardin industriel, vous ne récupérez rien au terme des cinq ans : vous êtes intervenu comme apporteur de fonds, vous avez bénéficié à ce titre d'une réduction d'impôt supérieure à votre apport et… c'est tout. C'est donc une pure opération de défiscalisation. "La philosophie de ces deux dispositifs est très différente : dans le premier cas, vous constituez votre patrimoine immobilier, dans le second vous augmentez votre pouvoir d'achat, puisque vous vous enrichissez de la réduction d'impôt dès l'année qui suit votre versement", fait valoir Stéphane Gianoli, président de la Financière Magellan, une société qui fabrique des produits de placement à destination des banques ou des gestionnaires de patrimoine.

Deux fortes réductions d'impôt

Avec le Girardin industriel, vous financez une partie d'un matériel professionnel, mais votre réduction d'impôt porte sur sa valeur totale. Pour une quote-part égale à 100 euros par exemple achetée par la SNC, vous apportez 40% en moyenne, soit 40 euros, mais la réduction d'impôt, en général de 50 %, porte, elle, sur les 100 euros. Pour 40 euros versés, vous économisez donc 50 euros d'impôt l'année suivante. Le plafond annuel de la réduction est limité à 100.000 euros pour une opération préalablement agréée par les services fiscaux locaux ou par Bercy (80.000 euros si elle ne l'est pas) ou, sur option, à 15% du revenu net global de votre foyer. "Cette dernière option n'est intéressante qu'à compter d'un montant de revenu imposable supérieur à 533.334 euros, calcule Christine Valence-Sourdille, ingénieur patrimonial chez BNP Paribas Banque privée, ce qui réduit fortement le nombre des contribuables concernés."

Avec la loi Malraux, c'est autre chose. Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt totale égale à 40% de la valeur des travaux réalisés (30% dans les zones agréées de protection du patrimoine), dans la limite annuelle de 100.000 euros, soit une réduction maximale de 40.000 euros par an. Vous pouvez en profiter tous les ans pendant quatre ans au maximum, si les travaux se sont étalés sur cette période, ce qui vous permet d'obtenir une réduction d'impôt totale de 160.000 euros.

Pour les contribuables les plus fortunés

Le Girardin procure depuis longtemps l'avantage fiscal sous forme de réduction d'impôt, le Malraux depuis le 1er janvier 2009 seulement, avant c'était une déduction du revenu imposable. Une différence qui peut paraître anodine, mais qui a pourtant élargi la clientèle éligible. "Le mécanisme de la réduction offre le même avantage fiscal à tous, quel que soit le montant du revenu imposable et la tranche d'imposition. Dès lors, des foyers imposés dans la tranche à 30 % ont commencé à s'y intéresser", constate Christine Valence-Sourdille. Reste que le ticket d'entrée est assez élevé : 120.000 euros au minimum pour le Malraux (la plupart du temps financé à crédit) et souvent 50.000 euros pour le Girardin industriel (certains gestionnaires de patrimoine le proposent à moins). Comme pour tous les autres produits de défiscalisation, il est conseillé de n'y investir que des sommes dont vous n'avez pas besoin pour vivre.

Quelles formalités à remplir ?

Aucune pour le Girardin : vous remplissez un formulaire et apportez votre chèque à la banque ou à votre conseiller en gestion de patrimoine. Le Malraux étant une opération immobilière financée à crédit, c'est plus long et plus fastidieux à mettre en place.

Quels sont les risques encourus ?

Le risque, c'est que l'administration fiscale vous reprenne la réduction d'impôt à laquelle vous avez eu droit, si les durées de mise en location n'ont pas été respectées : neuf ans pour le logement restauré en Malraux et cinq ans pour le matériel en Girardin industriel. Dans un cas, vous risquez de perdre votre avantage fiscal, mais vous conservez le bien restauré. En Girardin industriel, c'est plus grave, vous perdez sur tous les fronts : non seulement vous remboursez la réduction d'impôt dont vous avez bénéficié, mais en plus, vous ne récupérez pas votre mise…

Le Ch@t du vendredi : Spécial défiscalisation. Christine Valence-Sourdille, ingénieur patrimonial chez BNP Paribas Banque Privée, répondra à vos questions en direct à 11 heures ce matin sur www.lesechos.fr/chats

Mireille WEINBERG