• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 27 février 2017 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/05/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 27 février 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 27 avril 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 mars 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80 € offerts *
    1 000 € de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/03/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 28 février 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    2,90% TAEG fixe

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable du 13 février au 05 mars 2017, réservée aux clients BforBank, pour toute demande de prêt personnel de 10 001 à 75 000€ de 13 à 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 231,77€, hors assurance facultative. Le montant
    total dû est de 11 124,96€. Le taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,90%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Projet de "taxe Tobin" : quel effet sur vos placements ?

Après le tour de vis budgétaire, les détenteurs d'actions et d'obligations pourraient encore être mis à contribution par une éventuelle "taxe Tobin" française. Nos explications.

Taxe Tobin et placements

Les règles du jeu ont sensiblement évolué en 2012 pour les détenteurs d'actions ou d'obligations : alourdissement des prélèvements sur les intérêts, les dividendes, suppression d'une possibilité d'abattement pour les plus-values. Ce durcissement n'est peut-être pas terminé. Nicolas Sarkozy a en effet décidé d'accélérer son projet de mise en oeuvre d'une taxe sur les transactions financières ("taxe Tobin") au niveau français.

Quand la taxe apparaîtra-t-elle ?

Nicolas Sarkozy a affiché son intention d'aller vite sur ce dossier. Le projet détaillé serait présenté courant février en Conseil des ministres, puis dans la foulée soumis au Parlement dans le cadre d'une rectification du projet 2012. Concernant la date d'entrée en application, l'échéance pourrait être plus éloignée, puisque la taxe s'inspirerait d'une proposition de directive de la Commission européenne sur la question. Or, ce texte propose une telle imposition à partir de 2014.

Quel serait son montant ?

Les modalités du projet français ne sont naturellement pas encore connues. Mais si l'on se réfère au texte européen, la taxation serait de 0,1 % sur les transactions d'actions et d'obligations, et de 0,01 % pour les produits dérivés. La taxe serait applicable dès lors qu'un des deux partenaires résiderait dans l'Union européenne.

Quel effet sur vos placements ?

Dans tous les cas, et toujours dans le projet de directive, la taxe est due par l'établissement financier établi dans l'Union européenne qui est partie de la transaction (à l'achat comme à la vente), agissant pour lui-même ou pour le compte de son client. "Cette taxe toucherait l'investisseur final, donc notamment l'actionnaire individuel qui épargne pour préparer sa retraite, via une hausse mécanique des coûts", estime Philippe Nahum, directeur du conseil financier chez Cortal Consors et B* capital.

  • Actions détenues en direct : si vous réalisez régulièrement des arbitrages sur votre compte-titre, on peut supposer que la taxe se répercutera. Mais de quelle façon ? Via une augmentation des tarifs du courtier ? Via un prélèvement à la source par la banque détenant le compte-titre ? Quoi qu'il en soit, le prélèvement viendra amoindrir l'éventuelle plus-value. "Pour un courtier en ligne, il faut compter en moyenne 0,2% de frais de transactions. Une taxe de 0,1%, répercutée sur le client final reviendrait à augmenter les tarifs de 50% !", reprend Philippe Nahum.
  • Actions placées sur un fonds : un fonds gérant des actions et obligations réalise des arbitrages, avec l'aide d'un établissement financier qui serait soumis à la nouvelle taxe. Dès lors, la taxe pourrait se répercuter en cascade, de la banque vers le fonds, et du fonds vers le souscripteur. Concrètement, la nouvelle taxe pourrait se répercuter soit dans le rendement offert par le fonds, soit dans une hausse de ses frais. En théorie, on peut aussi imaginer que le fonds ne répercute pas la taxe sur sa clientèle et réduise sa marge. Le nouveau prélèvement serait alors indolore en bout de chaîne pour les épargnants.
  • Obligations : tout dépend de votre stratégie. Si vous achetez ou vendez des obligations sur le marché secondaires (comme pour une action, en espérant réaliser une plus-value), il y aurait bien une transaction et a priori application de la taxe. En revanche, si vous avez souscrit une obligation, touchez un coupon tous les ans et la conservez jusqu'à son terme, il n'y a a priori pas de transaction, et donc pas de taxation.

Edouard LEDERER