• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Résidences de tourisme: fin anticipée des avantages fiscaux

Le régime Demessine lié à l'investissement touristique dans les zones de revitalisation rurale devrait se terminer le 31 décembre 2010, soit deux ans...

résidences tourisme, fin des avantages fiscaux

Lors de l'examen du projet de loi de finances pour 2011, le Sénat a adopté, le 5 décembre, un amendement supprimant, à compter du 1er janvier 2011, le dispositif fiscal "Demessine". Ayant reçu l'avis favorable du gouvernement, cette suppression sera sans doute entérinée.

Résultat : ce régime est donc appelé à se terminer par anticipation deux ans plus tôt que prévu. La loi de finances pour 2009 l'avait en effet prorogé jusqu'au 31 décembre 2012.

Mis en place pour encourager l'acquisition de résidences de tourisme dans certaines zones de revitalisation rurale (ZRR), ce dispositif accordait une réduction d'impôt aux particuliers investissant dans une résidence de tourisme. "Faisant double emploi avec d'autres niches fiscales telles que le Scellier/Bouvard, le dispositif Demessine affiche un bilan économique incertain, a souligné lors du débat parlementaire Philippe Marini, rapporteur de la commission des finances au Sénat.

Certaines résidences construites en zone de revitalisation rurale ne peuvent fonctionner, faute d'un réel marché ou d'infrastructures touristiques environnantes". Pire, ce régime fiscal a conduit à de nombreuses dérives au cours des dernières années. "Une moralisation de ce marché s'impose poursuit Philippe Marini.

Malgré les nombreuses dispositions adoptées en loi de finances pour 2010 afin de protéger les investisseurs, l'Etat doit assurer la sécurité juridique et financière des particuliers alors que des situations parfois dramatiques résultent du comportement parfois frauduleux de certains opérateurs économiques".

 

Les professionnels de l'immobilier sceptiques face à la fin du régime Demessine

La déconfiture de gestionnaires comme par exemple Life Valley, Quiétude, Résidhotel, Atrium, Mona Lisa, Maisons de Biarritz ont eu tendance, à tord, de jeter le discrédit sur l'ensemble du secteur d'activité. Actuellement une quarantaine de résidences de tourisme représentant 3.500 lits cherchent encore un repreneur. A ce jour, il n'existe quasiment pas de programme immobilier à vendre dans le cadre du régime Demessine. Initiée par le groupe Pierre et Vacances, la commercialisation de l'opération Center Parcs implantée en Isère a été suspendue en octobre dernier, suite à un recours des tiers. En attendant, les professionnels émettent des doutes sur la fin anticipée du régime Demessine.

"D'après le législateur, les déboires de certains investisseurs liés à l'impossibilité de respecter leur engagement de location et, partant de là, obligés de réintégrer leur réduction d'impôt-seraient liés au statut fiscal des résidences commente Benjamin Nicaise,Président de Cerenicimo. Le problème se situe ailleurs : le dispositif n'est pas en cause, mais la qualité et à la probité des intervenants". En effet des accidents d'exploitants de résidences de tourisme ont également eu lieu, en dehors des Zones de revitalisation rurale.

"Un bon professionnel ne construit pas une résidence au milieu de nulle part, en faisant miroiter aux investisseurs des loyers équivalents à ceux de la Côte d'Azur" confie un observateur. Mieux vaut au préalable, s'assurer que la région présente un réel attrait touristique et comporte des sites remarquables dans un rayon proche. Puis fixer un montant de loyer cohérent avec le marché local. Le respect de ces conditions basiques permettra à l'exploitant de respecter ses engagements vis-à-vis des investisseurs, dans le cadre d'un bail commercial signé pour une période comprise entre neuf et douze ans.