Réforme fiscale : ce que les Français en pensent

Bforbank et l'hebdomadaire l'Express sont à l'initiative d'une enquête sur la réforme fiscale auprès des Français les plus aisés. Les résultats qu'elle met en évidence sont assez suprenants...

réforme fiscal l'avis des Français

L'enquête Opinion Way pour L'Express et BforBank a été réalisée auprès des Français aisés, répondant à deux critères :

  • ceux qui disposent au moins de 48 000 € de revenus net par an pour leur foyer fiscal ;
  • ceux qui sont - ou pourraient être - éligibles à l'ISF du fait de la croissance de leur patrimoine, notamment immobilier.

Première source d'étonnement : 54% des personnes interrogées pensent que la réforme envisagée par le gouvernement et en cours de discussion est bonne pour l'économie française. En revanche, ils ne sont plus que 33% à penser qu'elle est positive dans leur cas.

Dans cette enquête, Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l'Express, pointe également que la fin du bouclier fiscal et l'alignement de l'imposition des revenus du patrimoine sur ceux du travail sont jugés opportuns : respectivement à 58 et 50%.

L'immobilier : la pierre d'achoppement

Les réformes concernant l'immobilier sont perçues de manière plus mitigée par le panel. C'est notamment le cas de la hausse des taxes foncières sur les résidences secondaires (approuvée quand même à 41%) et de l'augmentation de la taxation de la plus-value réalisée à la vente de la résidence principale - 66% considère qu'elle est mauvaise.

Une TVA à 12,5 % pour toutes les entreprises

Cette proposition est considérée comme une bonne, voire une très bonne chose, par 65 % des sondés. Pour 21% d'entre eux, elle décroche même la place numéro 1 sur le podium des réformes à réaliser. A noter que cette forte implication s'explique sans doute par le fait que 45% des Français interrogés sont chefs d'entreprise, cadres ou artisans de haut niveau ou exercent des professions libérales.

* Etude quantitative en ligne réalisée du 28 fevrier au 2 mars 2011 auprès de 501 Français âgés de 25 ans et plus vivant dans un foyer dont les revenus sont superieurs à 48000 € net pas an.