• Compte Bancaire
    Jusqu'à 80€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    jusqu'au 30 mai 2017

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. 
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 30 mai 2017
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 29 juin 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 juin 2017 et 50€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    50€ offerts *
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/06/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 02 mai 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

     

  • Crédit immobilier
  • Mag

Comment mieux placer votre argent grâce au taux marginal d’imposition

Connaître son taux marginal d'imposition permet de mesurer l'incidence fiscale d'un nouveau placement ou d’un revenu complémentaire sur le montant de votre impo...

taux marginal d’imposition

Le taux marginal d’imposition (TMI) permet de calculer à quel taux d’imposition tout revenu supplémentaire sera fiscalisé. Connaître son TMI permet de mesurer l'incidence fiscale d'un nouveau placement ou d’un revenu complémentaire sur le montant de votre impot.

Le TMI vous aide à calculer combien rapporte réellement un placement après impact fiscal, à effectuer des comparaisons plus parlantes entre produits ou encore à faire le meilleur choix d'imposition pour vos revenus de placements financiers.

Taux marginal d’imposition (TMI) et rendement net fiscal

Comment connaître le vrai rendement de ses investissements ? Pour sélectionner le placement qui vous convient vous avez bien sûr tenu compte de différents critères (disponibilité, risque de perte en capital, horizon de placement). Quand vient le critère de rendement, on évoque en général le taux brut (livrets, fonds en euros, ou encore livret A…).

Mais ces produits ne sont pas tous soumis au même régime fiscal et il est nécessaire de convertir ce taux brut en taux net après application des prélèvements sociaux et fiscaux.

Dans les cas de livrets réglementés (livret A ou LDD), exonérés de toute fiscalité, le taux brut = taux net. En dehors de toute considération liée au plafond de versement de ces produits, vaut-il mieux détenir un livret A dont les intérêts sont au taux de 0,75 % net ou un livret bancaire dont les intérêts seront à 1 % brut - ou même davantage si l’on tient compte d’offres temporaires de taux boostés ? La réponse dépend bien sûr de la pression fiscale qui s’appliquera à vos revenus c’est-à-dire de votre TMI.

Mais toutes ces comparaisons ont une limite : les changements de la fiscalité qui empêchent de se projeter dans l’avenir avec la certitude que le régime fiscal d’un produit ne va pas évoluer.

Choisir la bonne enveloppe fiscale

En 2013, la fiscalisation des intérêts du capital, des dividendes et plus-values mobilières au barème progressif de l’impôt sur le revenu a renforcé l’attrait de certaines enveloppes destinées à l’épargne comme l’assurance-vie ou l’épargne.

Ces produits permettent plus particulièrement aux contribuables imposés dans les tranches supérieures du barème de voir leurs revenus bénéficier d’un traitement d’exception.

Dans le PEA au-delà de cinq ans de détention, les gains bénéficient d’une totale exonération (hors prélèvements sociaux qui restent dus lors de la clôture du plan ou de retraits partiels). Enveloppe de capitalisation, l’assurance-vie permet de n’imposer les gains que lors de rachats avec une possibilité d’option pour le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL).

Taux marginal d’imposition (TMI) et prélèvement forfaitaire obligatoire (PFL)

Vos revenus financiers, sont pour la quasi-totalité d’entre eux imposés selon le barème progressif de l'impot. Dans certains cas, la possibilité d’opter pour une imposition forfaitaire subsiste.
Mais comment faire le bon choix quand l’option se présente ? Connaître son TMI est alors une donnée clé.

Le cas le plus courant est celui de l’imposition des gains en cas de rachat sur un contrat d’assurance-vie. Mais il existe aussi une option moins connue réservée aux foyers fiscaux qui perçoivent sur l’année moins de 2000 euros d’intérêts de placements à taux fixe dont les intérêts de livret.

Taux marginal d’imposition (TMI) et gains d’assurance-vie

En assurance-vie, tant que vous n'effectuez pas de retrait sur votre contrat, vos gains ne sont pas imposables. Lorsque vous effectuez un retrait, qu’il s’agisse d’un rachat partiel ou total, ces gains deviennent imposables - sauf dans certains cas particuliers (sortie en rente viagère, licenciement…).

Lors d’un rachat, le contribuable peut pour l’imposition des gains les intégrer à son revenu imposable ou opter pour un prélèvement libératoire forfaitaire dont le taux est dégressif en fonction de la durée de détention du contrat. Pour faire le bon choix, il est donc nécessaire de connaître son TMI à comparer au taux du prélèvement forfaitaire libératoire applicable.

Au cours des quatre premières années de détention, le taux du PFL est de 35 %, entre quatre et huit ans de 15 % du gain et enfin après huit années il est de 7,5 %. Dans ce dernier cas, l’imposition s’applique après un abattement annuel de 4 600 €, pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune. Mais le PFL est prélevé à la source sur la totalité du montant des gains sans tenir compte de l’abattement, et le montant du prélèvement correspondant à celui de l’abattement n’est restitué sous forme de crédit d’impôt, qu’en septembre de l’année suivant celle du retrait.

Exemple : Soit un contribuable marié (il bénéficie à ce titre d'un abattement annuel de 9 200 €) qui effectue sur un contrat de 12 ans d’ancienneté un rachat dont 11 200 euros d’intérêts sont imposables. Il opte pour le prélèvement libératoire au taux de 7,5 % et subira un prélèvement de 840 euros. Il bénéficiera d'un crédit d'impôt égal à 7,5 % de 9 200 €, soit 690 €.

selon sa situation familiale, la décision de ne pas opter pourra faire éviter l’avance de trésorerie.

TMI et intérêts de placement

Depuis le 1er janvier 2013 les revenus du capital sont soumis au barème progressif de l’impôt sur les revenus et connaître son TMI revêt une importance toute particulière dans le cas des intérêts de livrets, coupons obligataires et assimilés. Si leur montant total perçu par le foyer fiscal n’excède pas 2 000 €, les contribuables peuvent opter pour leur imposition forfaitaire, au taux de 24 % (hors prélèvements sociaux).

Ceux dont le taux marginal d’imposition est égal ou supérieur à 30 % privilégieront cette option qui se prend lors de la déclaration des revenus, tandis que les autres (taux de 0 et 14 %) garderont l’imposition selon le barème progressif de l’IR.

Il est très important de connaître votre taux marginal d’imposition lorsque vous devez prendre une décision d’investissement et plus encore lorsque ce placement permet une baisse d’impot. Selon que cette dernière passe par une réduction directe de l’impôt ou de la base du revenu imposable, vous pourrez prendre une décision en toute connaissance de cause.