• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Frais de scolarité : les réductions d’impôt vont-elles être supprimées pour les étudiants ?

Le Gouvernement voudrait étendre aux familles comptant des étudiants, la suppression de la réduction d’impôt pour frais de scolarité. Décryptage.

Etudiant : suppression des fais de scolarité dans l’enseignement supérieur

La suppression de la réduction d’impôt pour frais de scolarité dans l'enseignement secondaire (collège et lycée) annoncée en juin pourrait être étendue à l’enseignement supérieur, selon le quotidien Les Echos. La première mesure avait annoncée par le Premier ministre en juin mais à l’époque c’est la réforme du quotient familial, mesure phare, qui avait davantage retenu l’attention des contribuables. Quel impact pour les familles en 2014 ?

La réduction pour frais de scolarité dans le secondaire

Dans le but de réduire le déficit de la branche famille de la sécurité sociale, Jean-Marc Ayrault avait annoncé début juin plusieurs mesures fiscales touchant les familles.

Parmi elles, la mesure qui a plus particulièrement monopolisé l'attention est bien sûr la nouvelle réforme du quotient familial avec la diminution de son avantage fiscal. Son plafond passera l’an prochain de 2 000 à 1 500 euros. Pour mémoire, ce plafond était de 2 300 euros en 2012.

Mais parallèlement une autre mesure a été annoncée. Celle-ci touche de nombreuses familles : la suppression de la réduction d'impôt forfaitaire pour frais de scolarité dans le secondaire - collège et lycée. Le montant de la réduction d’impôt est actuellement (imposition 2013 sur les revenus 2012) fixé à :

  • 61 € par enfant au collège
  • 153 € par enfant au lycée

La suppression étendue à l’avantage pour les étudiants

En juin dernier rien n’avait annoncé sur l'avantage fiscal accordé pour les frais de scolarité dans l'enseignement supérieur. Il est actuellement de 183 euros par enfant.

Mais selon Les Echos, le Gouvernement souhaiterait étendre cette mesure à l’avantage fiscal qui bénéficie aux familles dans lesquelles des enfants sont dans l’enseignement supérieur. Le quotidien rappelle que selon les documents budgétaires l’ensemble de ces deux avantages fiscaux (secondaire et enseignement supérieur) s’élève à 445 millions d’euros et que 2,2 millions de ménages devraient être touchés pour une hausse moyenne de 144 euros par an.

Recentrage sur l’allocation de rentrée scolaire

Pour justifier ces mesures, le gouvernement avançait que ces réductions pour frais de scolarité ne profitent qu'aux ménages imposables et qu’il  préfére opter pour un recentrage des aides aux familles les plus modestes.

Ainsi c’est sur l’allocation de rentrée scolaire (ARS) qu’il souhaite faire porter ses efforts budgétaires.

Revalorisée l’an dernier de 25% suite à une promesse électorale de François Hollande, c’est le gain engendré par le premier abaissement du plafond du quotient familial à 2000 euros qui devait servir à financer cette augmentation. Sa hausse a été cette année de 1,2%, en fonction de l’inflation.

En 2012, cette allocation a été versée à 2,86 millions de foyers (5,055 millions d'enfants concernés), représentant un coût total de 1,870 milliard d'euros.

C’est donc une nouvelle hausse de l’impôt sur le revenu qui se profile pour 2014 (revenus 2013) pour les familles qui seront touchées à la fois par la suppression des avantages pour frais de scolarité et par le nouvel abaissement du plafond de l’avantage lié au quotient familial.