Estimer ses besoins financiers à la retraite

Si comme de nombreux Français vous êtes inquiets pour votre retraite, adoptez les bons réflexes pour mieux anticiper.

besoin financier retraite

Une majorité de retraités se disent inquiets quant au financement de leurs vieux jours. S’assurer une retraite paisible ne signifie pas obligatoirement mettre beaucoup d’argent de côté mais plutôt se poser suffisamment tôt les bonnes questions pour faire les meilleurs choix. Évaluer les revenus ne suffit pas, il faut surtout commencer par évaluer les dépenses qui dépendent de la façon dont vous envisagez de vivre cette période à venir. Que savoir pour mieux prévoir ?

Comme réaliser un état des lieux ?

Évaluer ses besoins n’est pas facile à si longue échéance. Si certaines charges auront peut-être disparu, d’autres feront leur apparition ou seront plus importantes (dépenses de santé dont la mutuelle).

L’objectif de cet état des lieux est d’évaluer l’ordre de grandeur du complément de revenus qui sera nécessaire au train de vie que l’on souhaite avoir ou de voir parallèlement les sacrifices qu’il faudra consentir.

Il est préférable de penser à la préparation de sa retraite le plus tôt possible en raison d’un effort financier plus indolore s’il est commencé quand on est jeune. Mais cela n’est bien sûr que quelques années avant la liquidation de la retraite que l’on peut plus facilement évaluer ses besoins réels, en fonction des événements de la vie (évolution de sa carrière professionnelle, présence d’enfants au foyer, constitution d’un patrimoine, héritage…).

Les bonnes questions à se poser

Les simulateurs ne font pas tout, il faut surtout se poser les bonnes questions et évaluer ses besoins en fonction de soi-même, pas en fonction de la moyenne. Ces calculateurs de retraite sont utiles, mais préparer ses vieux jours nécessitera un peu plus d’efforts.

Lorsque vous planifierez vos besoins financiers à la retraite, n'oubliez pas que vous pourriez vivre plus longtemps que la moyenne… et essayez de vous poser les bonnes questions souvent négligées lorsqu’on calcule ses besoins pour la retraite :

  • quel est votre état de santé ?
  • quelles seront vos obligations financières par rapport à vos obligations actuelles ; aurez-vous encore des enfants à charge ?
  • quels sont vos objectifs de retraite ? Comment comptez-vous vivre cette nouvelle tranche de vie ? Si vous voulez voyager, ou si vous envisagez de vous divertir avec des activités qui coûtent cher, n’oubliez pas de le prévoir.
  • Si vous avez des projets ambitieux pour votre retraite : rénover votre résidence, voyager, acheter une résidence secondaire, leur planification en temps voulu vous aidera à pouvoir prévoir ce que sera votre situation financière à la retraite.

Une autre question a son importance : envisagez-vous de déménager de votre actuelle résidence principale au profit d’une résidence plus petite ou dans une région où l’immobilier peut être à un prix moins élevé ? Un double avantage : le différentiel qui vous permettra d’augmenter le capital dont vous disposerez mais aussi les économies -impôts locaux, charges d'entretien...) - qui peuvent découler de ce déménagement.

Votre pension de retraite couvrira-t-elle vos besoins ?

Pour estimer ses réels besoins financiers, il faut bien sûr anticiper ses revenus à l’horizon de la retraite. Sur un plan global, les personnes actuellement à la retraite ont un meilleur niveau de vie que le reste de la population en raison du patrimoine qu’ils ont pu accumuler tout au long de leur vie active. Mais cette situation favorable ne devrait pas durer.

Pour conserver « un niveau de vie correct » à la retraite, il est nécessaire de bien anticiper le montant de sa pension en effectuant une simulation en ligne. Si notre système de retraite n’est pas toujours aisé à comprendre, il est désormais plus facile - et plus tôt-  d’avoir une évaluation du montant que l’on touchera. Bien sûr l'âge auquel vous décidez de prendre votre retraite est un facteur important.

Peu de gens pensent également à évaluer le niveau auquel ils seront imposés pendant cette période. S’il y a baisse des revenus, il y aura une baisse du niveau d’imposition et de la tranche marginale d’imposition.

N’oubliez pas les bénéfices d’une épargne commencée tôt

Même si le socle des retraites reste en France un système par répartition, les Français ont tout intérêt à commencer à épargner tôt. Pourtant l’épargnant français n'a pas la culture de l'investissement long terme. Quels sont les avantages à anticiper ? Plus tôt il planifiera sa retraite, plus tôt ses efforts d’épargne profiteront du temps qui s’écoule.

Quand il s’agit de placements en actions, pouvoir exposer ses placements aux marchés pour une longue période vous permet d'atténuer le risque tout en profitant de la performance des actions sur le long terme. En revanche, si vous commencez tard, l’horizon étant plus réduit, il sera plus risqué d’investir sur des actions et le choix plus raisonnable de placements plus sûrs aura comme contrepartie des rendements moins élevés.

Découvrir aussi

Nos recommandations

Même avec un capital relativement faible, vous pouvez déléguer la gestion de votre contrat à l’assureur, conseillé par une équipe de professionnel...

Barème progressif de l’impôt sur le revenu, abattement, prélèvement social et fiscal à la source. Comment sont imposés les dividendes ?

Où placer ses valeurs mobilières : points forts et points faibles de l'assurance-vie et du PEA

Grâce à une exonération d’impôt sur le revenu sur les gains après 5 ans, le PEA reste à privilégier.

Selon une étude d’Allianz Global Investors, les actions tirent leur épingle du jeu sur le très long terme.