• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Assurance-vie : une souplesse qui reste inégalée

Bien que boudée ces derniers temps par les épargnants, l'assurance-vie reste l'un des meilleurs choix pour préparer votre retraite.

assurance-vie : souplesse inégalée BforBank

Malgré une collecte nette (primes -prestations) en baisse de -57% sur les neuf premiers mois et une rentabilité en berne (3,4% de rendement moyen 2010 et environ 3,1% prévus pour 2011), l'assurance-vie tient toujours la corde parmi les placements retraite. "Plus de 50 % des ménages de plus de 50 ans détiennent un contrat dans ce but ou pour préparer leur transmission", confirme Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des épargnants. Pourquoi ? Pour au moins quatre raisons.

Une grande souplesse

C'est le gros avantage de l'assurance-vie sur les autres placements retraite (PERP, contrats Madelin, etc., lire pages 6 et 7). Lorsque vous ouvrez un contrat, non seulement vous l'alimentez au rythme qui vous convient (versements uniques, libres ou programmés), mais, en plus, vous pouvez en sortir à tout moment, moyennant une pénalité fiscale sur les intérêts cumulés (35 % si vous sortez avant quatre ans et 15 % entre quatre et huit ans). En cas de besoin ponctuel de trésorerie, vous avez également la possibilité de demander une avance. Ce prêt consenti par l'assureur - sur la base d'un taux souvent calqué sur le rendement annuel du contrat majoré des frais de gestion -peut atteindre jusqu'à 80 % de l'épargne en compte pour les supports en euros (60 % pour les unités de compte) sans que vous ayez à casser votre contrat et à en perdre l'antériorité fiscale.

La diversité financière

Des fonds en euros entièrement sécurisés (capital garanti, rendement définitivement acquis) aux unités de compte les plus pointues (marchés émergents, matières premières, immobilier, etc.), pratiquement tous les choix de gestion sont possibles au sein d'un même multisupport. Et ce en toute franchise fiscale tant que les arbitrages (passage d'un support à l'autre) se font au sein du contrat. Un plus appréciable lorsque l'on sait que les revenus des valeurs mobilières (détenues hors PEA) sont taxées dès le premier euro en cas de cession. À noter, dans une optique de long terme : la plupart des assureurs proposent des options de gestion pilotée à horizon qui sécurisent les actifs du contrat au fur et à mesure que l'échéance du départ en retraite approche.

Des revenus à la carte

Au bout de huit ans de détention, plusieurs solutions s'ouvrent à vous pour récupérer votre épargne. Soit percevoir votre capital en franchise partielle ou totale d'impôt (les produits financiers sont, en sus des prélèvements sociaux, taxés à 7,5 % après abattement de 4.600 euros pour un célibataire et de 9.200 euros pour un couple). Soit programmer des retraits partiels. Vous bénéficiez alors d'un complément de revenus, tout en gardant la main sur votre contrat (rien ne vous empêche de suspendre ces rachats et de solder votre compte). Et vous conservez les avantages successoraux liés à votre assurance-vie (transmission en franchise de droits jusqu'à 152.500 euros). Il vous reste, avec l'aide de votre assureur, à calculer plus juste le montant de votre rachat annuel pour optimiser l'abattement de 4.600 euros (ou 9.200 euros pour un couple), qui est accordé, donc renouvelé, chaque année. Soit, enfin, opter pour une rente viagère. Elle est garantie à vie, pour vous et votre conjoint, si vous avez prévu une réversion. Mais elle est souvent moins avantageuse qu'un rachat programmé.

Une fiscalité avantageuse

Si vous sortez en capital après huit ans, vos intérêts profitent d'un abattement. Et si vous optez pour la rente, celle-ci bénéficie d'un régime fiscal allégé (assiette imposable dégressive de 70 % à 30 % selon l'âge du rentier). Attention toutefois, cette fiscalité n'est pas figée. On parle régulièrement de supprimer l'abattement de 4.600 euros. Ou de modifier les taux de prélèvement libératoire (35 %, 15 % ou 7,5 %), jugés bien faibles par rapport à la taxe de 19 % qui prévaut pour la plupart des autres placements.

Laurence DELAIN