• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Assurance-vie : comment mieux l'utiliser ?

Gaultier Lauriau, directeur de la cellule patrimoniale d'Aviva France et Hervé Tisserand, DG d'Altaprofits ont répondu à vos questions vendredi 1er octobre de 11H à 12H. Lisez le compte-rendu.

Optimiser son assurance-vie BforBank

Placement favori des Français, l'assurance-vie permet de poursuivre différents objectifs : valorisation de son épargne, préparation de la retraite, transmission de patrimoine. Face à la diversité des produits et des montages, comment choisir judicieusement ? Quel sera l'impact des modifications fiscales ? Gaultier Lauriau, directeur de la cellule patrimoniale d'Aviva France et Hervé Tisserand, directeur général d'Altaprofits ont répondu à vos questions vendredi 1er octobre de 11H à 12H. Lisez le compte-rendu.

Gautier Lauriau / Hervé Tisserand : Avec la nouvelle réforme des taux garantis, vous ne trouverez plus 4% net sur le marché. Au 1er décembre, le taux net garanti qui pourra vous être proposé ne pourra excéder 3.38%. Sachez que les frais d'entrée sont négociables, jusqu'à 0%. S'agissant des frais de gestion, seul le taux net servi est important. Pour un capital important, il est de bon conseil de diversifier entre plusieurs assureurs.

GL : Au plan strictement fiscal, il n'y a pas de rétroactivité puisque le fait générateur est le décès et que la loi ne s'applique qu'aux décès postérieurs au 1er janvier 2010. Mais au plan pratique, il y a une vraie rétroactivité car comme vous le faites remarquer, des plus values anciennes antérieures à la loi deviennent taxables socialement en cas de décès

GL /HT : Il convient tout d'abord de vérifier la pertinence du contrat et sa performance par rapport aux contrats actuels. Il n'y a effectivement pas de fiscalité mais le choix ne doit pas être dicté par cette seule considération. Une précision : le contrat doit être antérieur au 1er janvier 1983.

GL : Vous avez raison. Cela renforce l'intérêt de l'assurance vie où les arbitrages ne sont pas fiscalisés. Il en est de même avec le PEA mais la liste des supports éligibles est plus restreinte.

GL : Si vous choisissez d'investir en unités de compte, il est en effet conseillé de diversifier votre placement et donc d'investir dans plusieurs zones géographiques, secteurs d'activités et classes d'actifs. Les pays émergents bénéficient d'une plus forte croissance que les pays développés mais également d'une volatilité un peu supérieure. Si votre horizon de placement est supérieur à 10 ans, n'hésitez pas à renforcer cette zone.

GL : Si vous souhaitez prochainement acheter un bien immobilier, vous pouvez commencer à constituer votre apport en capitalisant sur un contrat d'assurance vie. Suivant la durée que vous avez devant vous, vous pourrez privilégier un investissement sur un fond garanti en euro. En fonction de votre projet immobilier, vous pourrez choisir de racheter ou nantir votre contrat, sachant que les banques considèrent majoritairement le nantissement comme un apport pour calculer le taux d'intérêt octroyé. Par ailleurs, il est difficile de comparer l'assurance vie et l'immobilier locatif, car leurs caractéristiques sont très différentes (par exemple en terme de liquidité...).

GL : Cela dépend à la fois du différentiel de taux entre prêt in fine et prêt amortissable, et du taux de votre tranche marginale d'imposition à l'impôt sur le revenu. Ce dernier doit être d'au moins 30% si vous choisissez le prêt in fine. Les intérêts du prêt sont déductibles des loyers et viennent minorer l'impôt sur le revenu. Ils sont plus importants dans le cas d'un prêt in fine, mais l'opération est plus risquée car il faut rembourser le capital emprunté à son terme.

GL : Vous avez sans doute été mal renseigné. Si vous avez un contrat AFER, vous pouvez tout à fait investir 100% en unités de compte. Aussi, n'hésitez pas à le faire si tel est votre souhait gautier_lauriau: Il ne faut pas que les primes versées sur le contrat au bénéfice de votre amie soient manifestement exagérées, pour qu'elles ne soient pas réintégrées dans votre succession. Pour apprécier le caractère manifestement exagéré, il y a 4 critères : votre âge, votre situation familiale et patrimoniale, et l'utilité de l'opération. Et c'est au jour du versement qu'il faut se placer.

Même si les 2 notions, de primes manifestement exagérées et de quotité disponible, sont différentes, en respectant cette dernière vous mettez votre amie à l'abri d'un contentieux. Précisons toutefois que vous pouvez aller au-delà, mais cela demande une analyse plus précise de votre situation personnelle (les 4 critères sus-visés)

GL : En théorie oui, la loi ne l'interdit pas. Mais en pratique, nous ne connaissons pas de compagnie qui les acceptent. Par ailleurs, la fiscalité de l'anonymat est assez dissuasive : prélèvement de 2% sur le capital par année de détention et prélèvement social et fiscal de 72.1% sur les plus values. Aussi, si votre contrat rapporte moins de 7% environ par an, chaque année vous vous appauvrissez ! Pour espérer obtenir ces rendements, il faudrait aller sur des unités de compte en actions où le rendement n'est pas garanti

GL : Votre situation fiscale s'apprécie au regard de votre lieu de résidence et d'une éventuelle convention entre le pays et le Luxembourg ou la France. S'agissant de la France, les contrats souscrits et les sommes versées bénéficient d'un avantage fiscal si vous décidez d'y revenir. Ce contrat bénéficiera de l'exonération totale du prélèvement de 20%, sans la limite de l'abattement de 152 500? par bénéficiaire prévu au 990i du CGI.

GL : Votre situation personnelle vous permet d'envisager une diversification en investissant une partie sur le fonds garanti en euro et une partie en unités de compte. Vous devrez définir un niveau de risque acceptable pour vous. A titre d'exemple, une répartition 50% euro / 50% UC peut sembler opportune. Il faudra surtout faire attention au timing d'investissement et investir par arbitrage sur les UC en plusieurs fois et en choisissant des périodes de valorisations basses comme aujourd'hui.

Modérateur: Merci à tous pour votre participation. Rendez-vous vendredi prochain pour un chat boursier j