• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Taxation de l'assurance-vie : les simulations

Les fonds en euros des contrats d'assurance-vie multisupports devraient supporter les prélèvements sociaux chaque année. Cette ponction va peser sur la performance fi...

taxation assurance-vie, simulations BforBank

Tour de vis en vue pour les contrats d'assurance-vie. Le gouvernement prévoit de modifier les modalités de perception des prélèvements sociaux des fonds en euros des contrats en unités de compte. Il envisage en effet de les taxer aux prélèvements sociaux de la même manière que les contrats d'assurance-vie monosupports en euros, c'est à dire tous les ans et non plus au moment des retraits.

Le dispositif actuel

Pour bien comprendre le mécanisme, prenons l'exemple d'un contrat d'assurance-vie monopport en euros. Chaque année, l'assureur retient pour le compte de l'État, les prélèvements sociaux, fixés actuellement à 12,1%. Et ce, lors de la distribution bénéficiaire intervenant en janvier ou février.

Imaginons qu'un contrat rapporte un taux net de frais de gestion de 4%. L'assureur prélève les contributions sociales au taux de 12,1% (soit 0,484 point), ce qui ramène le taux de valorisation du placement à 3,516 %. D'ailleurs lors de la publication de la performance de leurs contrats d'assurance-vie, les assureurs communiquent sur un taux de rendement net de frais de gestion, hors prélèvements sociaux.

Dans les contrats d'assurance-vie en unités de compte, les prélèvements sociaux sont retenus lors du rachat ou du dénouement du contrat en cas de vie ou à au terme du contrat en cas de décès. "Cette règle s'applique également aux produits constatés dans les compartiments en euros des contrats d'assurance-vie multisupports, même si ces produits sont acquis, chaque année, à l'assuré", est-il écrit dans le memento fiscal Francis Lefebvre. Par conséquent, au regard des prélèvements sociaux, pour le souscripteur, il est actuellement plus judicieux de verser son épargne sur le fonds en euros d'un contrat d'assurance-vie multisupport que sur un produit monosupport en euros.

Reprenons l'hypothèse de rendement annuel de 4% net de frais de gestion. En vertu du mécanisme du cliquet propre aux fonds en euros, la différence entre 4% et 3,516% soit 0,484% de l'épargne valorisée sur le contrat d'assurance-vie multisupport, portera intérêt au fil des années.

Le futur dispositif

A condition que la réforme envisagée soit votée et dès son entrée en vigueur, les fonds euros des contrats d'assurance-vie multisupports devraient supporter chaque année les prélèvements sociaux. Et ce, à l'instar des contrats d'assurance-vie monosupports en euros.

"Si la réforme est adoptée en l'état, elle induira pour les particuliers une complexité accrue des prélèvements applicables car elle risque d'être incompréhensible, avertit Philippe Baillot, directeur de Bred Banque Privée. Par ailleurs, il peut être judicieux d'arbitrer avant la fin de cette année, ses fonds en euros vers des supports actions et/ou immobiliers, afin de valoriser sur la longue durée, le pouvoir d'achat de son épargne". Dans les unités de compte, les prélèvements sociaux s'appliquent uniquement sur les plus-values au moment du rachat. Mais en arbitrant son épargne d'un fonds en euros pour lequel il aura subi chaque année les prélèvements sociaux, vers des unités de compte, le particulier prend le risque d'essuyer des pertes. Que se passera-t-il alors au regard des prélèvements sociaux ? Pour certains observateurs, le fisc devrait lui rembourser, en toute logique le trop payé de prélèvements sociaux.

Nos simulations

Effectuées avec l'aide de la MACSF, nos simulations d'épargne reposent sur deux exemples. D'une part un contrat d'une prime nette de frais d'entrée de 15.000 euros et d'autre part un autre avec une prime nette de frais d'entrée de 200.000 euros. Dans les deux cas, le contrat est revalorisé sur la base d'un taux annuel de 4 %

  dispositif actuel dispositif engagé
épargne acquise au bout de 8 ans 20.528,54 euros 19.776,58 euros
épargne après prélèvements sociaux 19.859,58 euros 19.776,58 euros
manque à gagner pour le souscripteur   83,01 euros

 

  dispositif actuel dispositif engagé
épargne acquise au bout de 8 ans 273.713,81 euros 263.687,69 euros
épargne après prélèvements sociaux 264.794,44 euros 263.687,69 euros
manque à gagner pour le souscripteur   1.106,75 euros

Pas de doute, la réforme sera plus pénalisante pour les gros contrats. Dans nos simulations, elle se traduit par un manque à gagner de 83,01 euros sur huit ans pour une prime de 15.000 euros. Mais elle priverait le souscripteur d'un contrat de 200.000 euros de 1.106,75 euros d'intérêts. Sur des contrats d'assurance vie de quelques millions d'euros, les clients fortunés risquent d'être encore plus séduits par les sirènes de la délocalisation. Une tentation d'autant plus forte que les autres placements d'épargne comme les valeurs mobilières détenues dans un portefeuille titres ou logées dans un plan d'épargne en actions supportent ces ponctions sociales.ableau

Martine DENOUNE