Assurance-vie : quelle fiscalité en 2013 ?

L'assurance-vie est l'un des placements a priori épargné par la réforme fiscale en cours. Pourquoi, comment ? Quelques points clés.

Fiscalité assurance-vie : quelle fiscalité pour 2013

L'assurance-vie est l'un des placements financiers qui se sort finalement bien de la réforme fiscale installée depuis la rentrée par le gouvernement Ayrault.  Quelle évolution ont connu à ce sujet les promesses électorales du candidat Hollande, puis les décisions concrètes prises par le gouvernement ? Retour en arrière.

L’assurance-vie tire profit du contexte fiscal actuel / déc 2012

En octobre dernier, les produits de placement Livret A et LDD ont enregistré une collecte historique de 21,3 milliards d’euros, après le relèvement de leurs plafonds au début du même mois. Ce chiffre record n’a pas empêché que l’assurance-vie connaisse pendant la même période sa meilleure collecte nette depuis 15 mois. Ce n’est pas rien après de nombreux mois marqués par un mouvement de défiance des Français sur ce produit.

Avec une collecte nette positive de 1,7 milliard d’euros, nul doute que dans le cadre d’un durcissement fiscal généralisé de l’épargne, le fait que la loi de finances 2013 n’ait pas touché au régime fiscal du fameux “placement préféré des français” comme on l’appelle, a joué un rôle important. En témoigne cet article sur le paysage fiscal de l'assurance-vie.

Assurance-vie - la vision du candidat Hollande / mars 2012

La déclaration de François Hollande en début de semaine de vouloir soumettre l’assurance-vie au régime commun de l’impôt sur le revenu, n’est pas passée inaperçue. Michel Sapin, en charge du programme présidentiel du candidat socialiste avait confirmé le principe, précisant : “l’assurance-vie sera soumise au barème de l’impôt sur le revenu. Nous ne prévoyons pas de maintenir des abattements exonérant le fruit de ces placements”. Émus par ces annonces, de nombreux acteurs de l’assurance avaient exprimé leurs craintes, ce qui a amené Michel a Sapin à revenir sur ses propos, déclarant que la fiscalité restera inchangée après huit ans de détention. Retrouvez également les pénalités de retrait avant 8 ans.