• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

L'assurance-vie, outil incontournable pour des compléments de revenus lors de la retraite

Alarmés par la dégradation des régimes par répartition, 67 % des Français craignent pour leur retraite. Des solutions existent.

assurance-vie retraite

Selon l'enquête 2013 du Cercle des épargnants sur « Les Français, l'épargne, la retraite », 67 % de nos concitoyens s'inquiètent du financement de leur retraite. Paradoxalement, seuls 52 % épargnent pour leurs vieux jours. Et lorsqu'ils le font, ils optent en priorité pour… un Livret A. Pourtant, ce ne sont pas les solutions d'assurance-retraite qui manquent.

L'assurance-vie classique

Cela reste le premier choix pour au moins trois raisons : la souplesse (l'épargne est récupérable à tout moment sous la forme d'un capital, d'un revenu ou d'une rente viagère), la diversité (du fonds en euros garanti par l'assureur aux unités de compte investies en valeurs mobilières et immobilières) et la fiscalité.

Même si de nouvelles modifications sont susceptibles d'intervenir, le régime dérogatoire de prélèvements forfaitaires dégressifs dont bénéficie l'assurance-vie a été préservé par la loi de Finances pour 2013, contrairement à ce qui a prévalu pour la plupart des revenus du capital.

Le Plan d'épargne retraite populaire

Ouvrir un PERP en complément d'une assurance-vie vaut surtout pour les personnes en quête de sécurité (ces plans débouchent sur une rente garantie à vie) et d'optimisation fiscale.

Les cotisations versées chaque année sur ce plan sont en effet déductibles du revenu imposable dans la limite de 10 % des revenus professionnels de l'année n-1 eux-mêmes plafonnés à 8 Pass (*) de l'année n-1 (soit 29.097 euros en 2013, avec un minimum 3.031 euros, le détail des plafonds est indiqué en page 3 du dernier avis d'imposition). Mieux, comme le rappelle Gaultier Lauriau, directeur de la cellule patrimoniale d'Aviva France, «  s'ils n'ont pas été épuisés, les disponibles fiscaux PERP des trois années précédentes restent déductibles. Et on peut utiliser le disponible fiscal de son conjoint ou partenaire d'un pacs pour mutualiser cet avantage ».

A noter également, en phase de constitution, le PERP est exonéré de prélèvements sociaux. Et pour les plus fortunés, d'ISF, y compris en phase de rentes (sous réserve d'avoir cotisé quinze ans durant).

Ces atouts fiscaux doivent cependant être tempérés. Ils valent en priorité pour les personnes fortement imposées (au moins 30 %). Et sont la contrepartie du blocage de l'épargne jusqu'à la retraite (le PERP reste cependant transférable d'un assureur à un autre). A cette échéance, au moins 80 % du plan doit être converti en rentes viagères imposables dont le montant se révèle souvent décevant au regard du capital mobilisé. Autre bémol, le PERP n'offre guère de latitude en matière de gestion.

Les contrats Madelin

Réservés aux TNS (travailleurs non salariés et conjoints collaborateurs) soumis à l'impôt sur le bénéfice industriel et commercial ou non commercial (BIC ou BNC), les contrats Madelin doivent être alimentés jusqu'à la retraite et sont convertis à 100 % en rentes à cette échéance, offrant une marge de déductibilité supérieure à celle du PERP.

Outre déduire ses cotisations du BIC (ou BNC) de l'année (et non pas de l'année n-1 comme dans le cas du PERP) dans la limite de 10 % de ce bénéfice plafonné à huit Pass (soit un maximum de 29.625 euros en 2013), le TNS peut en sus défalquer l'équivalent de 15 % de son bénéfice compris entre 1et 8 Pass. En d'autres termes, un entrepreneur qui a très bien gagné sa vie en 2013 pourra soustraire cette même année jusqu'à 68.508 euros de son revenu imposable (29.625 euros + 15 % de (296.250 euros - 37.032 euros). Voire, ouvrir un PERP en parallèle afin de cumuler les disponibles fiscaux propres à ce plan retraite au titre de l'année 2012, mais aussi 2010, 2009 et 2008 !


AV-les-echos-retraite.jpg

A  retenir :
Le particulier soucieux de sa retraite future peut combiner les solutions en souscrivant en priorité, pour la souplesse et la diversité, un contrat d'assurance-vie.
Il peut en parallèle s'engager sur un contrat retraite pur, source d'exonération fiscale en phase de constitution et d'une rente garantie à vie en phase de versement.

(*) Pass, plafond annuel de la Sécurité sociale fixé à 37.032 euros en 2013 (36.372 euros en 2012).

L. D. - Les Echos