L’approche ESG irrigue la gestion de portefeuille

Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) jouent un rôle de plus en plus grand dans les décisions des investisseurs. Mais de quoi s’agit-il ?...

gestion de portefeuille

Un nombre croissant de parties prenantes, des gouvernements aux particuliers, en passant par les fonds de pension et les gestionnaires d’actifs, ont pris conscience que l’application des critères ESG est compatible avec leurs objectifs financiers. Dans le monde, les stratégies d’investissement fondées sur ces critères porteraient sur plus de 35.000 milliards de dollars.

Novethic, centre de recherche spécialisé sur l’économie responsable (groupe Caisse des Dépôts), résume en quoi consistent ces critères extra-financiers. Le critère environnemental tient compte de la gestion des déchets, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la prévention des risques environnementaux. Le critère social a trait à la prévention des accidents, à la formation du personnel, au respect du droit des employés, à la chaîne de sous-traitance et au dialogue social. Le critère de gouvernance vérifie l’indépendance du conseil d’administration, la structure de gestion et la présence d’un comité de vérification des comptes.

Résister à l’épreuve du temps

Selon deux experts de la question chez BNP Paribas Investment Partners, Jacky Prudhomme, responsable de l’intégration ESG, et Gaëtan Obert, responsable des thématiques durables actions et coordinateur ESG, les critères ESG doivent faire partie intégrante de la conception et de la mise en œuvre de portefeuilles « solides et résistant à l’épreuve du temps ».

« Contrairement à l’approche classique best in class de l’investissement socialement responsable (ISR), expliquent les professionnels, l’approche ESG ne cherche pas à exclure un pourcentage déterminé d’entreprises de l’univers d’investissement. Elle se fonde sur l’analyse des pratiques ESG et sur l’intégration des résultats dans un éventail plus large de critère. L’approche ESG vise également à protéger les investisseurs du risque de réputation et du risque opérationnel. En appliquant des exigences minimales, on s’assure que l’on n’est pas exposé à des entreprises susceptibles d’être mêlées à des violations des droits de l’homme ou à des dommages environnementaux importants. »

Outre leur impact sur la réputation, de tels problèmes peuvent gravement affecter la performance financière. Idéalement, l’objectif est d’identifier les entreprises qui affichent de mauvaises pratiques et qui, par là même, sont exposées aux risques d’activisme des parties prenantes, de litiges et de sanctions résultant de leur violation de règlements locaux.

La recherche sur les enjeux associés aux critères ESG peut être source de valeur ajoutée pour les investisseurs, en atténuant les risques et en concentrant leur attention sur des entreprises de meilleure qualité. En s’intéressant, par exemple, aux énergies renouvelables ou à l’efficacité énergétique.

Découvrir aussi

Nos recommandations

Pourquoi  "prendre date"  revêt un intérêt pour la souscription de certains produits d’épargne ?

Vous y pensez, vous hésitez, vous soupesez. Nous vous aidons.

Lorsqu’un enfant devient majeur, il est en principe imposable personnellement. Mais sous certaines conditions il peut rester à votre charge.

Vous avez dégagé des plus-values en 2016 ? Comment seront-elles imposées ?

Peu de contribuables connaissent leur taux marginal d’imposition, notion pourtant importante quand il s’agit d’épargne.