• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Macro: Vers un monde avec moins de croissance ?

Comment se préparer à un monde avec une croissance plus faible ?

Extrait de la conférence live bourse du 1er octobre 2015, sur le thème « Bourse 2015 : les atouts pour prendre les bonnes décisions », animée par Thomas Blard.

Chine, pétrole, Volkswagen, Fed : Marie-Jeanne Missoffe, Responsable du pôle Actions Croissance chez Mandarine Gestion et Roland Laskine, Rédacteur en chef de la Lettre des Placements et du service Bourse du Figaro analysent les dangers et les opportunités de la fin de l'année boursière.

Thomas Blard

Avant de parler des impasses, nous allons plutôt parler de la situation, comment percevez-vous ce qu’il se passe, nous sommes dans une période assez agitée, quel le facteur déterminant qui provoque ces remous ?

Roland Laskine

Nous avons un changement assez important, le premier ce sont toutes les perturbations que nous avons connues. Cela revient finalement, à se préparer à un monde avec moins de croissance dans les pays émergents, moins de croissance aux Etats-Unis,… Nous avons déjà entamé  le chemin de la reprise, puis nous avons une croissance en Europe qui est là, qui progresse mais reste faible.

Thomas Blard

Et même en Chine, il y a moins de croissance?

Roland Laskine 

On garde une croissance assez forte, les statistiques sont contestées mais nous pouvons miser sur une croissance beaucoup plus forte que pour les pays occidentaux, mais là aussi nous avons un ralentissement de la croissance, et non pas de l’économie.

Ce retour dans un monde avec moins de croissance implique de réviser la valeur des actions qui sont basées sur les perspectives bénéficiaires. Moins de croissance, moins de bénéfices et cela conduit à des ajustements assez forts et assez brutaux.

Et puis un autre gros changement, c’est que les Etats-Unis sont le pays directeur. On est à la veille d’un gros changement d’une politique monétaire aux Etats-Unis, et nous ne serons plus portés par cette abondance de liquidité qui nous a beaucoup porté depuis 2009 et évidemment il faut un peu de temps pour s’adapter à ces deux changements.

Thomas Blard

Marie-Jeanne, lorsque l’on est comme vous, que l’on recherche de la croissance pour investir et que l’on est dans un monde, avec moins de croissance, comment on résout cette équation ?

Marie-Jeanne Missoffe

Alors, d’abord on regarde dans ce qui reste de croissance,  là où il y en a le plus, vous parliez de la Chine par exemple, mais le ralentissement est surtout sur la partie industrielle. La consommation en Chine est en train d’augmenter. Les politiques chinois nous ont prévenu depuis très longtemps, il y a un changement de modèle où après avoir eu une croissance économique tirée par l’investissement, et notamment les infrastructures, aujourd’hui, le gouvernement chinois essaie, d’avoir une économie beaucoup plus tirée par la consommation domestique, et nous sommes dans cette phase de transition, qui est très difficile.

Cela signifie qu’en Chine, des sociétés de consommation peuvent très bien performer.

Thomas Blard

Est-ce que nous avons changé de monde, de paradigme malgré tout ? Certains disent que nous avons connu ces cycles de croissance avec ralentissement, mais ça finissait toujours par revenir…  Est-ce que nous finalement, nous allons rentrer dans un monde différent, peut-être sous la pression démographique, comme cela s’est passé au Japon puis en Europe. La Chine qui souhaite changer de modèle, est-ce que vous avez l’impression qu’on ne reverra pas de suite ce monde croissance ?

Marie-Jeanne Missoffe

Nous sommes dans un changement de paradigme total, par exemple, nous sommes aujourd’hui dans une phase de reprise en Europe même si l’on a du mal à le voir. En revanche c’est le reste du monde qui va moins bien, et normalement dans cette phase de reprise, les investisseurs ont tendance à jouer l’investissement : la reprise des industriels,  les banques, les secteurs financiers… Aujourd’hui ce sont les secteurs à éviter puisque nous avons une reprise en Europe, mais avec une crise dans les pays émergents et une économie américaine en phase de maturité.

Retrouvez les vidéos de la chaine BforBank