Valeurs : Quelle stratégie adopter quand son portefeuille est en baisse ?

Que faire lorsque les valeurs de son portefeuille sont en baisse ?

Extrait de la conférence live bourse du 1er octobre 2015, sur le thème « Bourse 2015 : les atouts pour prendre les bonnes décisions », animée par Thomas Blard.

Chine, pétrole, Volkswagen, Fed : Marie-Jeanne Missoffe, Responsable du pôle Actions Croissance chez Mandarine Gestion et Roland Laskine, Rédacteur en chef de la Lettre des Placements et du service Bourse du Figaro analysent les dangers et les opportunités de la fin de l'année boursière.

Thomas Blard

Un internaute nous demande, « quelle stratégie adopter lorsque votre PEA est en perte globale de 46% avec une perte sur tous les titres, Vallourec -91%, Rexel -20%, BNP -30% »

Que fait-on dans ces cas-là ?

Roland Laskine

Tout d’abord, on essaie de faire le tri, on ne le vend pas au plus bas, on ne liquide pas tout son portefeuille du jour au lendemain. Ce que l’on doit essayer de faire, c’est de concentrer son portefeuille sur les valeurs qui ont une véritable visibilité.

BNP a beaucoup baissé, Vallourec également… Entre les deux on pourrait penser d’une manière spéculative, qu’il faut acheter Vallourec car cela va remonter…

Nous, nous préférons, concentrer le portefeuille sur BNP.

Thomas Blard

Cela signifie, qu’acheter ce qui a beaucoup baissé n’est pas toujours une bonne stratégie ?

Marie-Jeanne Missoffe

Dans ce portefeuille, effectivement, je garderais les BNP, mais les Vallourec, je n’y toucherais pas, je préférerais les sortir…

Thomas Blard

Nous n’avons pas parlé du pétrole, d’ailleurs, dans le pétrole aussi, nous sommes partis pour la même chose ?

Marie-Jeanne Missoffe

Malheureusement, je n’ai pas de vision particulière sur le pétrole mais, là-dessus, il est certain que nous ne revenons ni sur les services pétroliers, ni sur le pétrole, pour les mêmes raisons.

Nous constatons qu’il y a des éléments un peu structurels pour expliquer la faiblesse des prix du pétrole, et nous trouvons cela légèrement prématuré de revenir dessus.

Thomas Blard

Donc, pour revenir sur la question, lorsque nous avons un portefeuille, qui a beaucoup dévissé, que ce soit un PEA ou pas, on ne vend pas tout d’un coup, mais on peut faire des arbitrages, tout de même, quitte à se couper un bras ?

Roland Laskine

On ne vend pas tout d’un seul coup. Alors ça reste toujours un peu douloureux ! En période d’incertitude, nous, nous ne sommes pas du tout pessimistes sur l’avenir des marchés à moyen terme. Les investisseurs vont sur la qualité, donc nous avons intérêt, finalement, à nous concentrer sur la visibilité de titres qui perdent 30%. Je préfère me couper un bras avec celui qui est un petit peu plus difficile, avec des perspectives beaucoup plus vagues et revenir sur des cash flow ou sur des dividendes. Je pense encore une fois, avec ce principe d’efficience des entreprises, que l’on va toujours chercher à augmenter le chiffre d’affaires et optimiser le bénéfice, ça c’est très bon pour l’actionnaire.

Retrouvez les vidéos de la chaine BforBank