• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Découvrir la diversité des trackers

Nés aux Etats-Unis au début des années 1990 et lancés en France début 2001, les trackers ou ETF ont connu ces dernières années un fort développement.

Bourse Investir Trackers ETF

Les trackers également appelés ETF (Exchange Exchange Traded Funds) sont nés aux États-Unis au début des années 1990. Ils ont été lancés pour la première fois en France en janvier 2001 et ils connaissent depuis un engouement croissant de la part des investisseurs.

Les trackers répliquent leur valeur support, c’est-à-dire un indice, un panier d’actions, des obligations ou encore des matières premières. Ils permettent une large diversification.

Les trackers, en bref :

  • les trackers sont côtés en continu ;
  • ils sont soumis à la fiscalité des valeurs mobilières ;
  • ils se négocient en continu ;
  • ils peuvent être éligibles au PEA.

Outre d’éventuelles différences de frais, les trackers se distinguent de l’OPCVM car ils sont - la plupart du temps - des outils de gestion passive. Les trackers permettent en effet de reproduire un indice ou un panier de valeurs sans intervention active d’un gérant.

Mais attention, investir dans les trackers nécessite d’être un investisseur averti ! Pour cela nous vous conseillons une lecture attentive du Document d’information clé pour l’investisseur (DICI). Celui-ci précise entre autres les objectifs suivis et le profil de risque des trackers.

Les trackers indiciels

Les trackers indiciels sont les trackers historiques. Ce sont ceux qui sont les plus échangés.

Ces trackers reproduisent les indices des marchés actions du monde entier : CAC, Dax, Dow Jones… Ils peuvent avoir comme valeur support un indice composé de valeurs mobilières d’un pays ou même d’une même zone géographique.

Ce type de trackers permet à l’investisseur de diversifier son portefeuille avec les principaux indices internationaux et d’accéder aux économies des marchés émergents.

Si historiquement ce sont les ETFs sur indices actions qui ont toujours rencontré le plus de succès, les ETFs sur indices obligataires ont connu récemment un développement significatif.

Les trackers sectoriels

Les trackers sectoriels permettent de suivre un secteur. Aisni, il est possible d’acquérir un tracker sur un secteur entier de la côte : le secteur bancaire, la santé, l’automobile etc.

Plus spéculatif encore, il est possible de suivre certaines matières premières avec un tracker commodities. Celui-ci permet par exemple de reproduire un indice du secteur ou la performance d’une matière première. Le plus célèbre de ces trackers est sans doute le tracker indexé sur l’or physique : le Lyxor Gold Bullion Securities. Il existe également des trackers oil and gas.

Les trackers dits de stratégie pour répliquer des styles de gestion

Value, croissance, rendement : autant de stratégies de gestion accessibles par l’intermédiaire de trackers.

Certains trackers permettent d’investir selon le concept de sociétés dites value  (valorisations sous estimées par les marchés) en Europe. C’est par exemple le cas avec le tracker de iShares - une filiale du groupe Barclays -, le DJ Euro Stoxx Value qui suit l’indice des valeurs sous-évaluées établi par Dow Jones, ou le Lyxor ETF DJ Stoxx Select Dividend 30 qui investi sur les 30 plus importantes valeurs européennes de rendement.

Les trackers actifs

Les trackers actifs sont quant à eux adossés à un indice. Ils permettent de suivre une stratégie donnée :

  • suivre une orientation inverse de l'indice sous-jacent : les bear,
  • limiter ou amortir une éventuelle baisse du marché : trackers dits flexibles
  • amplifier son exposition grâce à un coefficient multiplicateur qui s’applique aux variations de l'indice de référence : trackers dits leverage.

Certains trackers permettent le cumul de ces stratégies. Par exemple un tracker bear qui suit une orientation inverse de l'indice de référence en permettant d’amplifier ces variations.

Du fait d’un univers très élargi certains trackers ont des sous-jacents très spécifiques. Ils représentent donc un profil de risque élevé.

Il est important de savoir qu’en cas d’effet devise, un tracker sera loin de répliquer le sous-jacent de référence. Avec des ETF actifs, à effet de levier, ou stratégie plus complexe, on accède ici à des produits hautement spéculatifs présentant un risque important en capital.

Quelques précautions avant d’investir en tracker

Avant d’investir dans des trackers, il est prioritaire d’identifier le sous-jacent du tracker grâce à la notice qui précise les informations clé de l’investisseur : le DICI. Cette notice permet d’identifier les objectifs et la politique d’investissement mais aussi le profil de risque et de rendement ou encore les frais de gestion.

Il est important de vérifier le risque éventuel au taux de change. À noter également que la liquidité du tracker est également un critère de choix.

Quelle fiscalité pour les trackers ?

Le régime fiscal applicable aux trackers est celui des valeurs mobilières. Ainsi les dividendes, les coupons versés ou les plus-values sont ajoutés aux revenus du bénéficiaire puis imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Investir en trackers au sein d’un PEA ?

De nombreux trackers sont éligibles au PEA. Alors que le PEA est réservé aux actions européennes, les trackers sont ainsi un moyen d’élargir cet univers d’investissement.

En effet, des ETF portant par exemple sur des indices chinois ou brésiliens peuvent être rendus éligibles au PEA. Ils permettent ainsi de renforcer à la fois la diversification géographique et le profil du risque du PEA.

Les trackers, que retenir ?

Le tracker permet d’obtenir une exposition à un marché, un secteur, un produit. Une partie du succès des trackers s’explique sans doute par l’élargissement de l’univers de placement : actions, obligations mais également monétaire. Offrant une large diversification, les investisseurs peuvent trouver dans les trackers des réponses adaptées à leurs besoins. Une bonne connaissance du sous-jacent et de son comportement est nécessaire avant d’investir dans un tracker.