• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

L'or subit sa plus grosse chute depuis trente ans

Le mouvement de baisse de l’once d’or commencé il y a quelques semaines s’est accéléré depuis ces derniers jours .

cours de l'once

Le cours du métal précieux est victime de prises de bénéfices, l’once d’or étant passé de 1 600 dollars il y a quinze jours pour toucher les 1 321 dollars mardi 16 avril 2013, soit son plus bas niveau depuis le mois de septembre 2011.

Une baisse très importante

Sur le Comex, la chute sur la séance de lundi a été proche de 10 %, sa plus importante baisse en trente ans. L'once d'or, avait déjà connu une forte baisse vendredi, ce qui porte la chute du prix de l’or à 13 % en deux séances. Les seuils de résistance des 1 500 $ puis des 1 400 $ l'once ont donc été enfoncés.

Un bref retour en arrière : en 12 ans l’or a connu une hausse quasi ininterrompue, et à vue sa valeur multipliée par huit avec un pic historique atteint en septembre 2011 à 1 900 dollars.

Un mouvement prévisible ?

Ces dernières semaines, si la plupart des grandes banques ont procédé à des révisions à la baisse de leurs prévisions de prix pour 2013 et 2014, elles restaient pour néanmoins optimistes à moyen terme avec des objectifs de cours encore relativement élevés. À titre d’exemple cité par Boursier.com, le Crédit Suisse a ainsi ramené début avril ses objectifs à 1 580 $ pour 2013 et à 1 500 $ en 2014.

En revanche deux études très récentes ont fait pas mal de bruit, émanant en premier de la Société Générale (intitulée : "La fin de l'âge d'or") puis de Goldman Sachs. Leur conclusion était similaire : le prix de l’or pourrait chuter assez brutalement. Goldman Sachs, très puissant sur les marchés à terme de matières premières, considérant que la hausse de l’or touchait à sa fin, recommandait aux investisseurs d’initier des positions short sur le métal précieux.

L’or n’aurait plus à remplir son rôle d valeur refuge

Plusieurs raisons pour expliquer ce brutal mouvement sont mises en avant. Le métal précieux a d’abord fait les frais de l’annonce de la volonté de Chypre de vendre pour 400 millions d'euros d’or comptant parmi les réserves de sa banque centrale.

Ensuite pour expliquer cette chute, l’évolution actuelle de l’économie américaine a également sa part de responsabilité. Le redressement de l’économie américaine pourrait s’accompagner d’une hausse des taux d’intérêt et de fait les placements monétaires en dollars devenir plus attractifs que l’or.

De même l’or, en l’absence de risques inflationnistes, ne devrait plus avoir à jouer le rôle de valeur refuge, tandis qu’également diminue le pessimisme ambiant sur le dollar a

Ensuite la poursuite du mouvement prend son origine dans une accélération des liquidations de positions longues des investisseurs dans les ETF (exchange-traded funds) et dans des ventes à découvert, de fonds spéculatifs entre autres.

Les perspectives

Pour Les Échos, des analystes - qualifiés par le quotidien des plus pessimistes - « assurent qu'une chute des cours sous le seuil de 1 500 dollars pourrait entraîner l'or bien plus bas, vers 1 100 dollars ».

Nicolas Doze de BFM TV voit le bon côté des choses :

« cette tendance n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, le fait de se désengager de l’or indique qu’il y a de la confiance dans l’avenir de la part des investisseurs ».

Quoi qu’il en soit la tendance des prochains jours pourrait s’avérer heurtée, marquée par une volatilité accrue, en raison de journées qui pourront être l’occasion pour les investisseurs de rachats de positions vendeuses à découvert.

La question qui se pose est bien sûr celle de savoir s’il ne s’agit que d’une correction ou de la fin d’un cycle haussier. Pour ceux qui optent pour la dernière solution, l’optimisme est de mise puisqu’ils penchent pour le scénario d’une crise économique en passe d’être résolue et pour une économie mondiale sur la voie d'une reprise durable. Un tel scénario joint à une normalisation des politiques monétaires de la plupart pays industrialisés ferait perdre à l’or son attrait de valeur refuge contre le risque systémique.