DSK livre son analyse de la crise économique et financière

L'ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, intervenait hier soir au JT de TF1. Il y a livré son analyse sur la crise actuelle, et les posologies qu'il recommande.

DSK livre son analyse de la crise économique et financière BforBank

Outre les nécessaires questions portant sur "l'affaire", Claire Chazal recueillait hier soir dimanche 18 septembre (sur TF1) l'analyse de l'ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn.

Cette analyse porte sur la situation économique et financière, et la crise de la dette en cours. Elle s'est voulue à la fois précise et structurée, tenant en quelques points clés, tout d'abord sur le constat global :

- "L'Euro n'est pas en difficulté, mais la situation est sérieuse […] si nous ne réagissons pas vite l'Europe sera une terre de désolation dans 25 ans"

- "Les gouvernements européens ne veulent pas prendre la mesure de l'ampleur du problème".

DSK s'est en suite exprimé sur la situation de la Grèce et sa dette :

- Au sein d'un "système financier hors de contrôle", "la dette de la Grèce est massive. Il faut la réduire à tout prix, sauf au prix de la stagnation voire de la récession".

- "La Grèce s'est appauvrie. On peut dire 'les Grecs payeront tout seul', mais ils ne peuvent pas… Parce que nous sommes dans une union, nous devons partager cela, c'est la convergence budgétaire", après la convergence monétaire.

 

Un appel à l'action politique

Enfin, l'ancien patron du FMI s'est exprimé sur les réactions et postures des États et gouvernements :

- "Tout le monde doit prendre la perte : états et banques. La boule de neige grossit et les gouvernements la poussent devant eux" (...) "Il faut couper les pertes maintenant pour repartir de l'avant" ,

- "Le sommet du 21 juillet : ce fut un grand sommet, avec de grandes décisions. Deux mois après elles ne sont toujours pas à l'œuvre… le temps économique et plus rapide que le temps politique".

- Les gouvernements européens font "soit trop peu, soit trop tard, soit souvent trop peu et trop tard".

Pour rappel, cette analyse s'inscrit dans la continuité des dernières déclarations publiques du DG du FMI, alors encore en poste : comme l'acte son communiqué daté du 4 avril 2011, plaidant pour une "stratégie mondiale face aux enjeux de l'après crise".

Pour prolonger : revoir l'interview de DSK au JT de TF1 en vidéo (partie économique seule), sur MYTF1 News.

 

L.D.