Bandes dessinées : les valeurs sûres

On investit plus dans la bande dessinée pour se faire plaisir que pour faire fortune.

Bandes dessinées : les valeurs sûres

Année après année, la tendance se confirme : le neuvième art rime en effet avec risques limités mais gains potentiels peu élevés. Pas de bulle mais pas de crise, les prix progressent doucement, offrant un rendement sûr mais faible, de l'ordre de quelques pour-cent par an.

Cela dit, attention, investir dans la BD demande de suivre quelques règles de base et de se fier à la bible faisant référence (l'argus de la BD, le " BDM, trésors de la bande dessinée " de Michel Béra, Michel Denni et Philippe Mellot, aux Editions de l'Amateur). " Le premier conseil c'est de miser sur Tintin. C'est la valeur sûre. Il y a Hergé et il y a le reste ", explique Didier Boulanger, qui travaille à la librairie Roland Buret, qui a organisé en 1990 les premières ventes aux enchères pour tintinophiles.

Les premières éditions originales et le...reste

Deuxième conseil énoncé par François Meyniel, expert indépendant : " Il y a les premières éditions originales en état neuf, et il y a le reste. " Les BD qui sont susceptibles de prendre de la valeur doivent être rares et demandées. Et, il faut bien sûr investir dans des auteurs portés par une vague nostalgique (Uderzo, Franquin, Hugo Pratt, Moebius, Tardi). Le reste n'est pas un marché de placement, mais un marché de l'occasion. " Il faut aussi constituer une collection. Un ouvrage seul a moins de valeur ", précise l'expert.

Il existe néanmoins un segment plus spéculatif : celui des planches originales. Là, la demande est en forte croissance et l'offre encore rare. Les prix peuvent dépasser 100.000 euros et surtout devraient s'apprécier. " On se rapproche du marché de l'art contemporain ", estime François Meyniel. On peut aussi miser aujourd'hui sur une collection manga qui prendra sans doute de la valeur dans le futur.

David BARROUX