Epargne : les Français fâchés avec les actions

Les ménages privilégient à leur écrasante majorité les placements les moins risqués.

Epargne : les Français fâchés avec les actions

Les actifs de " risque 1 ", niveau le moins élevé, représentent 81,4 % du total. Cette catégorie rassemble les dépôts et liquidités des particuliers, le parts d'OPCVM (fonds) monétaires, les titres de dette à court terme, et les contrats d'assurance vie en euros. Cette catégorie d'actifs recule de 0,3 % en un an, mais reste très clairement en hausse sur dix ans (+7,3 %).

A l'autre extrême du spectre (" risque 4 "), les actions cotées, directement détenues par les ménages : elles ne constituent que 6,5 % du portefeuille (contre 7,9 % en 2000). Sa part s'est toutefois légèrement accrue en un an (+0,7 % en un an). Ce qui ne témoigne pas forcément d'un appétit plus marqué pour le risque. Il s'agirait plutôt de l'effet de la décollecte observée dans la plupart des OPCVM, en particulier sur les fonds monétaire.

EDOUARD LEDERER