• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

L'or franchit un nouveau record historique

Le métal jaune a touché un nouveau plus haut à 1.274,95 dollars l'once. Devises refuges, le yen et le franc suisse sont les autres gagnants de la journée, au détriment du dollar.

L'or franchit un nouveau record historique

L'humeur n'était plus à la prise de risque. Après quatre journées de hausse d'affilée, les Bourses européennes ont consolidé hier. A l'image de la plupart des grands indices européens, l'Euro Stoxx 50 a fini proche de l'équilibre (+ 0,05 %). Sur fond de statistiques économiques mitigées, la séance a surtout été marquée par un nouveau mouvement de repli vers les actifs réputés les plus sûrs, le yen et le franc suisse côté devises, les obligations souveraines américaines, allemandes et françaises, mais aussi l'or, qui a franchi un nouveau palier historique.

Le métal jaune s'est envolé de plus de 2%, marquant un nouveau record à 1.274,95 dollars l'once en séance, bien au-delà de celui enregistré le 21 juin à 1.266,50 dollars. Depuis début septembre, le prix de l'or a flirté à plusieurs reprises avec ce niveau. Son ascension s'est accélérée hier après l'ouverture en baisse de Wall Street, à tel point qu'il faut remonter au 16 décembre pour assister à un tel gain en journée. La " relique barbare " continue à jouer à plein son rôle de valeur refuge, profitant de la moindre faiblesse des Bourses et du dollar. En hausse de plus de 13 % depuis début janvier, l'or devrait signer en 2010 sa dixième année de suite de hausse, pour une progression de 360% en une décennie.

Le yen et le franc suisse ont été les deux autres gagnants de la journée. La devise japonaise a touché un plus haut de quinze ans face au dollar. Le billet vert est ainsi tombé sous 83 yens après l'annonce de la reconduction de Naoto Kan à la tête du Parti démocrate du Japon, un poste qui lui permet de rester Premier ministre. De quoi relancer les spéculations sur une intervention de la Banque du Japon pour freiner l'appréciation du yen. Le franc suisse est revenu de son côté à la parité avec le dollar, ce qui ne s'était plus vu depuis décembre. Valeur refuge par excellence, il est porté depuis plusieurs mois par les inquiétudes sur la reprise mondiale.

Dans l'attente de la Fed

La menace d'une rechute de l'économie américaine, ou tout du moins d'un régime de croissance et d'inflation durablement réduites, continue en effet de planer et de brider les initiatives des investisseurs (lire ci-dessous). " Dans un monde où l'inflation est excessivement basse, il est important de convaincre les gens que les taux d'intérêt ne remonteront pas tant que le spectre de la déflation n'est pas complètement éradiqué, commente Stephen King, le chef économiste d'HSBC. C ela implique cependant quelques risques, le plus évident d'entre eux étant une chute du dollar. "

Les regards sont déjà tournés vers la Réserve fédérale américaine, qui réunit dans une semaine son comité de politique monétaire. Selon les économistes de Goldman Sachs, la banque centrale pourrait accélérer son programme de rachat d'actifs financiers à partir de novembre pour relancer l'économie. Elle s'est jusqu'ici engagée à racheter des emprunts d'Etat américains au cours des prochains mois, mais sans augmenter la taille de son bilan. Goldman Sachs s'attend à ce que la Fed passe à la vitesse supérieure en rachetant jusqu'à 1.000 milliards de dollars de " treasuries ". De quoi ramener les taux à 10 ans américains à 2,5% d'ici à la fin de l'année.

Guillaume MAUJEAN