L'or reste intéressant pour les plus patients

Retombé autour de 1.660 dollars l'once, l'or reste à des niveaux de prix élevés. Mais pourrait offrir une plus-value sur le long terme.

L'or reste intéressant pour les plus patients

Après avoir atteint un niveau record - au plus haut depuis dix ans -, le cours de l'or s'est brutalement replié ces dernières semaines. Il cote désormais autour de 1.660 dollars l'once, contre près de 1.900 dollars à peine un mois plus tôt. Cela signifie-t-il que le moment est venu d'acheter du métal jaune ?

Zone spéculative

" Entre 800 et 1.200 dollars l'once, le niveau de prix reste justifié économiquement. Mais de 1.300 à 1.900, l'once reste dans des zones de prix spéculatives ", souligne Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des épargnants. Malgré ces niveaux de prix, certains pourraient tout de même acheter en espérant une hausse supplémentaire. Un jeu dangereux ? " La chute brutale de la fin septembre montre que ce marché reste très volatil, avec des acteurs capables de vendre des tonnes d'or pour réaliser leurs bénéfices ", prévient Philippe Crevel.

Horizon long

Un particulier peut donc se voir dépassé par la rapidité des mouvements de cours. En outre, si son horizon de temps est court, il pourrait aussi y perdre des plumes. " Entre les trois et six prochains mois, le cours pourrait se stabiliser, voire encore baisser ", estime Bruno Rodier, gérant chez Pictet. Mais il conserve tout de même un objectif " bien supérieur à 2.000 dollars " sur le plus long terme, en particulier tant que la crise des dettes souveraines n'aura pas été résolue. Une plus-value sur le métal jaune serait donc encore envisageable pour un épargnant individuel qui s'en donnerait le temps.

Valeur refuge

Par ailleurs, l'or conserve sa réputation de valeur refuge. De ce point de vue, pouvoir y accéder à des niveaux plus raisonnables est une bonne nouvelle. Certains se servent en effet du métal jaune pour rééquilibrer un portefeuille face aux secousses des marchés actions et obligations et pour se protéger contre l'inflation. " Mais si vous avez tout simplement peur de l'avenir, autant laisser ses fonds sur un livret bancaire rémunéré, estime Philippe Crevel. Au pire des cas, en cas de défaillance de la banque, vos fonds seront garantis à auteur de 100.000 euros ", conclut-il.

Edouard LEDERER