• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Statistiques, indices, ratios : les indicateurs à suivre en bourse

Quels sont les indicateurs qui comptent lorsqu’on investit en bourse ? Tour d’horizon avec les statistiques, les ratios et les indices.

Investir en bourse : les indicateurs à suivre

C’est le bruit de la Bourse. Tous les jours, statistiques et indicateurs en tous genres sur l’état de l’économie, les changes, la politique ou les entreprises sont délivrés aux investisseurs partout dans le monde. Ces informations font l’objet de commentaires, sont intégrées dans des modèles pour tenter d’en tirer des prévisions (qui s’avèrent rarement exactes) et bien sûr, conduisent à des prises de décisions, elles-mêmes réalisées par des automates ou des individus.

Dans cette myriade d’informations, certains indicateurs ont plus de poids que d’autres. Sans surprise, les yeux du monde entier se focalisent sur les États-Unis, première économie au monde et domicile des plus importantes places financières de la planète.

Taux d'intérêt/Décisions de politique monétaire

Le taux d’intérêt, c’est le prix de l’argent. Il est piloté par les décisions de politique monétaire de la banque centrale, qui en l’abaissant ou en l’augmentant, cherche à stimuler l’économie ou à en limiter les risques de surchauffe (qui peuvent par exemple se manifester par de l’inflation).

Les taux directeurs de la banque centrale gouvernent le loyer de l’argent des banques commerciales, qui déterminent à partir de là les termes du crédit qu’elles pourront accorder aux autres agents économiques.

L’action des banques centrales a un impact direct sur la courbe des taux (le prix de l’argent à différents horizons temporels). Celle-ci a un impact considérable sur les marchés financiers. En maintenant des taux d’intérêt très bas, donc en rendant les placements les plus sûrs peu attrayants (le cash ou les bons du Trésor à maturité très courtes), les banques centrales incitent les agents économiques à prendre des risques, en investissant ou en consommant.

Les écarts de taux entre pays ont en outre un impact sur les taux de change : un pays où les taux d’intérêt sont élevés peut attirer les capitaux de pays où les taux sont plus faibles - ce qui fut le cas jusqu’à mai dernier entre les États-Unis et les pays émergents (situation qui s’est brutalement retournée lorsque la Réserve fédérale américaine (FED) a parlé de « tapering »).

Les banques centrales ont généralement pour mission la maîtrise de l’inflation, la stabilité des prix. Elles peuvent aussi avoir comme mandat d’atteindre le plein-emploi. Ce double mandat est par exemple celui de la Réserve fédérale (FED), alors que la Banque centrale européenne (BCE) ne se focalise que sur l’inflation.

Depuis la crise, la FED et d’autres banques centrales (Banque d’Angleterre, Banque du Japon) utilisent des outils dits « non-conventionnels » (qui sortent de leur boîte à outils traditionnelle) pour assurer au système financier toutes les liquidités dont il peut avoir besoin et éviter ainsi toute crise systémique (mise en difficulté d’une banque qui pourrait faire faillite comme ce fut le cas avec la chute de la banque d’affaires Lehman Brothers en septembre 2008, et entraîner une récession mondiale).

Pour certains observateurs, pourtant, ce mandat évolue. La FED chercherait aussi à piloter le prix des actifs financiers (immobilier/Bourse) qui sont au cœur du patrimoine des ménages américains. Lorsque l’immobilier et la Bourse se portent bien, les ménages regagnent confiance et se remettent à consommer (la consommation représentant 70 % du PIB américain).

Ainsi, lorsqu’en mai dernier, l’évocation du « tapering » par la FED a provoqué une envolée des taux d’intérêt, notamment des taux à 30 ans qui déterminent les conditions d’emprunts pour investir dans l’immobilier, provoquant un coup d’arrêt à la reprise du marché américain. Cette situation délicate a obligé l’institution monétaire à temporiser dès septembre et à attendre que la reprise économique et que la réduction du taux de chômage se confirment pour envisager plus sérieusement de réduire ses achats d’actifs.
 

Lire également :