Entreprises françaises : leurs gros besoins d'investissement

Avec une sortie de crise en vue, l'économie française a des besoins financiers. Notamment ses entreprises...

Entreprises françaises et besoins de financement.

Si une certaine détente se fait sentir depuis la rentrée 2012, sur l'économie française, les entreprises font encore le dos rond pour passer définitivement ce grain, et pouvoir repenser à l'avenir. Ce qui passe notamment par revoir ses moyens financiers et donc ses capacités d'investissement et de développement futurs. Une obligation même, du fait que certains peuvent s'interroger sur le rôle de la Bourse pour continuer à porter les besoins en financement des entreprises.

 

Des PME dans le besoin

Le besoin se mesure déjà au niveau des PME régionales, qui portent la marche de création des entreprises en France et dynamise le tissu économique. Les Echos ont fait le point des dispositifs d'aide (essentiellement d'amorçage dans les tours de tables), qui ne sont pas réduits : "Selon l'étude annuelle de CDC Entreprises, publiée en octobre, les 86 fonds régionaux (...) géraient 1,57 milliard d'euros en juillet 2012. En 2007, les 62 fonds en géraient 912 millions". C'est donc clairement une hausse de « 46,6 % sur la période 2007-2011, soit un taux de croissance annuel moyen de 10 % ».

 

Le vecteur qatari

On peut le mesurer aussi par quelques repères plus ciblés, comme le souhait du Qatar d'investir 10 milliards d'euros en France (Challenges.fr). Un souhait même déjà balisé dans son mode opératoire : "Les 10 milliards d'euros seront des fonds du Qatar pour prendre des parts dans des grands groupes français, monter des projets ensemble ou faire des partenariats dans des pays tiers", détaille l'ambassadeur du Qatar en France, Mohamed Jaham Al-Kuwari, cité par l'AFP. Il s'agit pour ce pays de diversifier ses placements hors du seul secteur des hydrocarbures.

Le Qatar a par ailleurs occupé les grands titres des médias, de par ses investissements déjà effectués dans le football (rachat du PSG) ainsi que par la création de la chaîne sportive BeIN Sport.

Au-delà de ces gros chiffres et grands opérateurs, les entreprises sont donc aussi de bons terrains d'investissements, selon les produits adaptés à le faire.