• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Art, vins, montres, etc. : quand investir rime avec plaisir

C'est bien souvent une passion pour l'art, les voitures, le vin ou les bijoux qui motive les placements "plaisir". Mais le risque n'est jamais absent et les rendements pas toujours au rendez-vous.

Art, vins, montres, etc. : quand investir rime avec plaisir

Voitures de collection ou de sport, oeuvres d'art, chevaux, bateaux, bijoux, montres anciennes, vin et vigne… Il y a de multiples façons de se faire plaisir, d'assouvir une passion. L'approche des fêtes de fin d'année y est particulièrement propice. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la crise ne semble pas avoir écarté le public de ce type d'investissement.

Les soubresauts de la Bourse y sont même plutôt favorables, les investisseurs déçus cherchant des opportunités sur d'autres marchés. Alors pourquoi pas des objets rares que l'on a plaisir à admirer, à montrer, à porter ?

" Pour les investisseurs, ces placements ne sont pas liés à des éléments conjoncturels mais structurels, explique Christophe Achard, d'Intuitae, un cabinet de " family office ". Acheter un domaine viticole, une voiture de course ou une oeuvre d'art est davantage lié à des centres d'intérêt déconnectés des marchés financiers. La plupart du temps, nous avons affaire à des investisseurs qui ont un projet de vie. Par exemple, assouvir leur passion du vin en achetant un vignoble ou pour un artiste en acquérant ses oeuvres. Je ne suis donc pas certain que la crise favorise réellement ce type d'investissement. "

Plus-values aléatoires

Bref, c'est avant tout un investissement passion dont le rendement n'est pas une priorité. Et même quand il est correct, le risque n'est jamais absent. Que peut rapporter l'achat d'un bijou revendu au bout de quelques années, un cheval vieillissant qui ne remporte plus aucun prix ou un vin qui, contre toute attente, vieillit mal ? La plupart de ces investissements ne permettent pas de tirer un revenu et la plus-value est souvent aléatoire.

Une oeuvre d'art contemporain ou un meuble ancien évoluent à la hausse ou à la baisse selon l'état de l'offre et de la demande. Les phénomènes de mode font parfois basculer la cote. En outre, l'investissement est rarement très liquide. Inutile donc d'espérer des performances mirobolantes.

Une seule exception : les vins, notamment par le biais d'un fonds d'investissement. " Ce type d'investissement peut retenir l'attention car la valorisation peut être intéressante, mais il ne faut pas perdre de vue que l'actif n'est pas non plus très liquide, poursuit Christophe Achard. C'est donc une manière de diversifier son patrimoine, mais le risque est loin d'être négligeable, ne serait-ce que pour le stockage du vin. "

Une demande étrangère active

Ce qui vaut pour le vin vaut pour l'ensemble des placements plaisir. Malgré tout, la clientèle reste fidèle aux ventes aux enchères et la demande étrangère, plus présente que jamais, est dopée par la clientèle asiatique, en mal de reconnaissance. " Il faut montrer que l'on possède ces objets pour s'intégrer à certains cercles ", confirme Miriam Mascherin, co-managing partner d'Elite Advisers. Bref, l'investissement plaisir se porte bien. Une récente étude de Capgemini (Passion Investments 2010) note d'ailleurs qu'en 2009, les investissements plaisir allaient pour 30 % aux objets de collection (automobiles de luxe, bateaux, jets, etc.), pour 22 % à l'art et pour 23 % aux bijoux, diamants et montres. Objets d'antiquaires et vins fins ont représenté, quant à eux, 14 % du marché. Enfin, 8 % étaient consacrés aux investissements sportifs (voile, équitation…). Colette SABARLY