Immobilier : perspectives moroses pour 2012

En raison de la conjucture morose, il faut s'attendre à un recul du patrimoine immobilier, estime le BIPE.

Immobilier : perspectives moroses pour 2012

La modification de plusieurs mesures de soutien à l'immobilier résidentiel dans le cadre du deuxième plan de rigueur récemment annoncé (PTZ+, dispositif Scellier, TVA à 7% sur les travaux) aura des répercussions négatives sur l'ensemble du marché du logement, estime le BIPE. Aussi, les achats neufs et anciens ainsi que les travaux d'entretien-amélioration devraient sérieusement ralentir l'an prochain.

A cela vient s'ajouter la dégradation de l'environnement macroéconomique, qui rejaillit sur le moral des ménages. Par conséquent, les perspectives deviennent nettement plus moroses qu'en septembre 2011. Baisse des prix et baisse des transactions devraient entraîner un recul du patrimoine immobilier des ménages en 2012.

Son de cloche identique de l'observatoire du site AVendreALouer. Avec le concours d'OpinionWay qui a réalisé une enquête auprès de 1.002 particuliers, ce site constate qu'être propriétaire de son logement demeure la solution idéale. Mais le contexte économique freine les ardeurs de certains. Si en juin 2011, 93% des Français estimaient qu'il vaut mieux être propriétaire que locataire, ils sont 3% de moins à le penser aujourd'hui (soit 90%). Cette part de Français semble ne pas vouloir prendre le risque d'un achat.

La période actuelle est jugée peu propice à l'achat. Au global, l'évolution des prix de l'immobilier est toujours perçue majoritairement à la hausse (52% des Français le pensent) particulièrement à Paris (69%). De plus, l'immobilier résidentiel parait inabordable pour un quart des personnes interrogées et plus particulièrement pour les non propriétaires. 45% des Français s'estiment mal informés sur les prix de l'immobilier. Ce constat sur le manque d'informations s'avère plus marqué auprès des non propriétaires et des jeunes de 25-34 ans.

Martine DENOUNE