• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Logement : la baisse des prix ne suffit pas à débloquer le marché

Les vendeurs de biens immobiliers ont baissé leur prix, confirme le bilan du réseau Orpi. Une tendance qui ne permet pas toutefois de débloquer le marché.

Logement, baisse de prix

Les vendeurs ont compris le message. Plus que jamais, pour mettre les chances de son côté aujourd’hui, dans tout projet de vente immobilière, il faut vendre au juste prix et ne pas surévaluer son logement. « Plus réalistes, les vendeurs ont baissé leur prix », confirme le réseau d’agences immobilières Orpi, qui a présenté un bilan de son activité depuis le début de l’année. La différence de prix entre la mise en vente et la vente est actuellement de 3,7 % pour un appartement et de 4,5 % pour une maison.

Reculs les plus forts à Lille et Marseille

Une tendance en effet perceptible dans les chiffres que publie le réseau pour sept métropoles françaises, Paris compris. Les reculs des prix des appartements anciens sont les plus importants à Lille (- 6 %, au 1er semestre 2014 par rapport au 1ersemestre 2013, à 3 028 euros par mètres carrés) et à Marseille (- 4 % à 2 613 euros par m2). La baisse touche, dans une moindre mesure, Bordeaux (- 2 % à 3 570 euros par m2) et Toulouse (- 1,6 % à 2 780 euros par m2). Même Paris, le lingot d’or de l’immobilier tricolore, n’échappe à la correction (- 0,8 % à 8 008 euros par m2). Ce qui confirme par ailleurs un constat dressé par MeilleursAgents.com, qui relève même dans son dernier baromètre mensuel une accélération de la baisse de l’immobilier parisien pendant l’été. Contre la tendance toutefois, Lyon, « où la demande est très forte », relève Bernard Cadeau, président d’Orpi, les prix augmentent en moyenne de 1 % (à 3 651 euros par mètres carrés). Paradoxalement, sur la même période (1er semestre 2014 versus 1ersemestre 2013) et pour l’ensemble de la France, le réseau Orpi ne constate que des prix moyens stables ou en hausse : + 0,5 % pour les appartements et + 2,7 % pour les maisons. L’activité du groupe immobilier (environ 40 000 ventes par an) accuse pourtant une baisse de - 10,5 % entre le 1er et le 2e trimestre 2014. Et, pour l’ensemble de l’année, le président d’Orpi table sur un recul d’environ 10 % (après une baisse de 15 % en 2013).

« Les moyennes de prix sont à prendre avec précaution », explique Bernard Cadeau. Elles masquent une hétérogénéité de marché. Les primo-accédants ont quasiment disparu du marché et les biens avec défauts peinent à se vendre. Les transactions aux mains des secondo-accédants portent pour l’essentiel sur des biens de qualité, ce qui contribue à maintenir les prix à un niveau toujours élevé dans certains segments.

Les demandes de location explosent

En dépit de la baisse des prix et de conditions de crédit exceptionnelles pour ceux qui peuvent en bénéficier, les banques étant de plus en plus sélectives, le marché immobilier tricolore est au point mort. « Le délai moyen d’une vente s’allonge encore. Il a passé la barre des 100 jours sur les huit premiers mois de l’année », s’inquiète Bernard Cadeau. Conséquence de la loi Alur, qui impose de nouvelles contraintes en matière de vente en copropriété, le délai moyen de signature d’un avant-contrat dans le réseau Orpi est passé de moins de 7 jours à plusieurs semaines. « Des ventes capotent à cause de ces nouvelles contraintes », déplore aussi le président. Les primo-accédants peinent à devenir propriétaires et sont « exclus du marché à bien des égards ». Les investisseurs se désintéressent de la pierre et les biens de moindre qualité « sont encore plus compliqués à vendre ».

Face à ce marché de l’immobilier « déboussolé » et qui se « vitrifie », les demandes de location en revanche explosent. Sur son site Internet, Orpi relève ainsi que les demandes adressées par les internautes (plus de 2 millions de visiteurs par mois) concernant la location ont augmenté de plus de 50 % sur le premier semestre 2014, quand celles concernant les transactions reculent de 7 %.