Immobilier : des prix plutôt sages au 1 er trimestre

La folie semble terminée en ce début d'année. Pour les logements anciens et surtout les appartements, les prix ont tendance à se calmer selon la FNAIM. (…)

Immobilier : des prix plutôt sages au 1 er trimestre

Après avoir flambé en 2010, les prix des logements anciens ont tendance à marquer une pause au cours du premier trimestre 2011, tel est le constat que vient de dresser la FNAIM dans sa dernière étude statistique incluant les avant-contrats signés entre le 1er janvier et le 31 mars 2011 portant sur un échantillon de 14.500 transactions. En variation annuelle, dans l'ancien, les prix des biens résidentiels ont augmenté de 2 % au niveau national. Au niveau national, le prix moyen au mètre carré dans l'ancien ressort à 2.515 euros pour les logements, à 3.060 euros pour les appartements et à 2.129 euros pour les maisons. Ce dernier score s'explique par la superficie plus grande des maisons, par rapport à celle des appartements.

La cote des appartements

A fin mars, l'indice FNAIM du prix des appartements s'élève à 105 contre 105,3 à fin décembre 2010. " Désormais les prix des appartements s'établissent au même niveau que celui observé au premier trimestre 2007, il y a quatre ans " assure René de Pallincourt, président de la FNAIM. Cependant des divergences apparaissent au niveau régional. Sur un trimestre, un recul s'observe en Ile-de-France (-2%), en Provence Alpes Cote d'Azur (-1,8%) et dans le Languedoc-Roussillon ( -1,3%). Le léger repli des prix touche donc en priorité les régions où ils avaient le plus grimpé. A l'inverse au cours du premier trimestre 2011, la FNAIM relève une pression à la hausse des prix dans les régions jusque là stables en termes de valeur : Pays de Loire (+ 9,5%), Centre (+ 8,3%) et Rhône Alpes (+ 4,5%) .

Si l'on retient une base annuelle, la cote des appartements est restée stable, malgré ces évolutions trimestrielles en recul ou en hausse selon les régions. Entre le 1er trimestre 2010 et le 1er trimestre 2011, la variation annuelle moyenne des prix des appartements anciens s'inscrit en hausse au niveau de la France entière (+ 2,5%), de Ile-de-France (+ 3,5%) et de la province (+ 1,8%), selon les calculs de la FNAIM.

La vigoureuse cote des maisons

Nécessitant un budget plus important que les appartements, les maisons restaient quelque peu à la traîne jusqu'à la fin de l'année dernière. Cette tendance est terminée puisque leurs prix renouent avec les niveaux enregistrés au troisième trimestre 2008, juste avant la crise financière des subprimes.

Les plus fortes variations trimestrielles ont été enregistrées en Provence Alpes Cote d'Azur (+ 6,6%), en Bourgogne (+ 6,5) et en Rhône Alpes (+ 6,4%). En Ile de France, elle ressort à 4,9%. Des légers reculs sont intervenus ici et là : Poitou-Charentes (-2,6), Alsace (-2%) et Auvergne (-1,5%).

Entre le 1er trimestre 2010 et le 1er trimestre 2011, la variation annuelle moyenne des prix des maisons dans l'ancien s'inscrit en hausse au niveau de la France entière (+ 1,6%), de Ile-de-France (+ 3,3%) et de la province (+ 1,1%), selon les calculs de la FNAIM. Bien qu'elle ne donne pas de statistiques sur le volume d'activités, la FNAIM reconnait que le marché s'essoufle. Ce ralentissement n'a pas encore d'incidence pour les acquéreurs. Appartement ou maison, les primo-accédants comme les secondo-accédants ont de plus en plus de mal à boucler leur budget pour s'offrir le toit de leurs rêves. Et la hausse des taux d'intérêt qui se profile pour les prochains mois, réduira leur pouvoir d'achat immobilier, si les prix ne baissent pas . Immobilier : les prix et le financement Martine DENOUNE