• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

SCPI : le mode d'emploi

Avec un rendement moyen de 6,05% en 2009, les sociétés civiles de placement immobilier restent 1 des meilleurs placements du moment. Quelques précautions s'imposent tout de même…

SCPI : le mode d'emploi

"Le marché des SCPI [sociétés civiles de placement immobilier, NDLR] trouve un regain d'intérêt depuis dix-huit mois à la fois auprès des porteurs de parts et d'une nouvelle clientèle entre trente et cinquante ans ", lance Renaud des Portes de la Fosse, directeur général délégué d'UFFI Ream. A cela plusieurs raisons. " Les particuliers cherchent des produits moins volatils que la Bourse et plus rémunérateurs que certains placements sans risque ", explique Laurent Guize, directeur général HSBC Reim. Et les rendements sont plutôt attractifs. En 2009, malgré des loyers en baisse, les SCPI ont encore rapporté en moyenne 6,05%. Côté valorisation, les parts ont grimpé de 5,21%. De fait, selon l'Institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF), la performance globale des SCPI (hors SCPI Fiscales) s'établit à 9,8% sur cinq ans et à 11,5% sur dix ans. Une performance rendue possible grâce aux actifs des SCPI, essentiellement investis dans de l'immobilier d'entreprise, un marché d'ordinaire peu accessible aux particuliers.

Au lieu d'acheter en direct, les SCPI permettent à l'investisseur d'acquérir, avec une mise de fonds réduite (tout au plus quelques milliers d'euros) de l'immobilier sous forme de parts. Outre sa performance, ce type de placement a d'autres atouts. D'une part, l'investisseur bénéficie d'un revenu régulier, versé le plus souvent trimestriellement. D'autre part, il ne s'occupe de rien. C'est la société de gestion qui se charge d'acheter les immeubles, de les louer, de les entretenir, de récolter les loyers et de verser les dividendes aux porteurs de parts. Autre point fort : la mutualisation du risque. Avec un patrimoine de quelques dizaines à quelques centaines de lots répartis dans différents secteurs, l'impact d'éventuels problèmes de vacance locative ou d'impayés reste très faible.

Une offre variée

Selon ses objectifs, l'investisseur a le choix entre trois catégories de SCPI : les SCPI de rendement, les SCPI de plus-value et les SCPI fiscales. Privilégiant le rendement, les premières investissent principalement dans l'immobilier d'entreprise (bureaux, commerces, locaux d'activité…) et sont d'ailleurs répertoriées en sous-catégories (classiques diversifiées, murs de magasins, géographiques). Avec 83 entités et 16,8 milliards d'euros de capitalisation, elles représentent 90 % du marché. A l'inverse, les secondes ne constituent qu'une infime part de la capitalisation du secteur (3 SCPI) et investissent sur des immeubles ayant un potentiel important de valorisation (logement sous la loi de 1948 par exemple). Enfin, dans la troisième catégorie, s'inscrivent les SCPI qui achètent de l'immobilier d'habitation dans le cadre d'un régime fiscal (Malraux, Robien, Scellier…). Avec la mise en place du dispositif Scellier, les SCPI dédiées fleurissent depuis 2009 et remportent un vif succès. " La raison en est simple : l'avantage fiscal sera raboté en 2011, note Marc Bertrand, directeur général d'UFG Rem chez UFG-LFP, mais, pour le moment, l'investisseur bénéficie de la réduction de 25% du montant de son investissement puisque ce droit est acquis dès la souscription. " De fait, " il faut se dépêcher de souscrire avant la fin de l'année pour bénéficier des 25 % de réduction ", conseille Christian Michaux, spécialiste de la " pierre papier ".

Pour acheter ou vendre, l'investisseur doit s'intéresser à la forme de la SCPI. Si celle-ci est à capital fixe, il ne peut souscrire qu'à l'occasion d'une augmentation de capital. A défaut, il doit se positionner sur le marché secondaire organisé par la société de gestion. Même chose s'il souhaite vendre. La valeur des parts est fixée selon un prix d'exécution (qui permet l'échange du plus grand nombre de parts). La liquidité du placement reste donc liée à l'état de l'offre et de la demande. " Les parts se négocient sans souci mais le marché secondaire a une activité très faible, tout au plus 2%, car peu d'investisseurs se désengagent ", indique Brigitte Wantier-Desjardin, directeur du pôle client chez BNP-Paribas Rem. En revanche, si la SCPI est à capital variable, l'investisseur peut acheter ou vendre à tout moment au prix fixé par le gestionnaire (plus ou moins 10 % par rapport à la valeur de reconstitution du patrimoine). Parallèlement, il existe aussi un marché de gré à gré, c'est-à-dire sans intervention de la société de gestion.

Colette SABARLY