SCPI : une autre façon d'investir dans la pierre

Si l'achat d'un appartement est une dépense trop lourde, essayez les SCPI.

SCPI : une autre façon d'investir dans la pierre

Investie dans la pierre, la SCPI (société civile de placement immobilier) propose une mise de fonds minimale de quelques centaines d'euros. L'épargnant est donc libre de choisir l'enveloppe de son investissement, toutefois, " à partir de 10.000 euros de mise de fonds, cela devient un placement intéressant ", précise Jacqueline Faisant, présidente du directoire de BNP Paribas REIM. Pour mémoire, la SCPI est un placement collectif qui fonctionne comme une sicav. Avec l'argent de la collecte, une société de gestion constitue un patrimoine immobilier (immeubles de bureaux, commerces) et le gère. Le rendement annuel d'une SCPI de bureaux est actuellement compris entre 4,5 % et 6 % net. Même si elle varie chaque année - avec une tendance plutôt baissière -, cette performance est, en générale, peu volatile.

La raison ? Les locataires en place (notamment les entreprises) signent souvent des baux fermes de six ou neuf ans. " On dispose ainsi d'une assez bonne visibilité sur les rentrées ", commente Jacqueline Faisant. Ce véhicule d'investissement a l'avantage d'ouvrir les portes du marché de l'immobilier tertiaire, ce qui, pour un particulier, est impossible compte tenu du prix élevé (plusieurs millions d'euros) de chaque actif. Cette incursion par la petite porte de la SCPI s'avère être une bonne carte à jouer, car le bureau est l'actif immobilier qui offre, depuis déjà plusieurs années, des rendements annuels élevés compris entre 5,57 % et 6,29 % net en 2010. Autre atout de la SCPI : l'épargnant n'a aucun souci de gestion. Tout est délégué à une société qui lui verse des rendements trimestriels. Quant à la diversité des locataires, " c'est un moyen de maîtriser le risque de vacance et donc de limiter l'impact négatif sur la performance ", explique Laurent Gaillot, directeur commercial chez Cholet Dupont Partenaires.

Laurence BOCCARA