• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Génération Y : en route vers le coliving ?

Aux États-Unis, un entrepreneur veut lancer un nouveau concept, le coliving, sorte de dortoir de luxe pour jeunes adultes.

coliving

Après le coworking, espace de travail partagé qui a essaimé partout dans le monde, place au coliving. À Syracuse, dans l’état de New York aux États-Unis, des entrepreneurs ont imaginé un immeuble en coliving.

Le coliving, un « réseau social physique »

Dans un article du magazine américain The Atlantic, Troy Evans détaille le projet : utiliser deux étages d’un immeuble pour en faire un espace d’habitation commune. En l’occurrence, il a imaginé 21 studios de 27 mètres carrés chacun, comprenant une kitchenette, une salle de bain et un espace couchage constituent la partie « privée » du logement. Les habitants de ces studios ont par ailleurs accès à des pièces communes à tous, comme une grande cuisine, un salon, un jardin sur le toit, etc.

L’espace a été aménagé pour favoriser la vie sociale du groupe, tout en permettant à chacun de mener sa vie privée comme il l’entend. Un soin particulier a par exemple été apporté dans l’insonorisation des studios.

Pour recruter les futurs résidents du projet baptisé « Commonspace », les promoteurs veulent mettre sur pied un processus de recrutement via internet, afin de choisir les personnes qui s’intégreront au mieux dans la communauté.

Les heureux élus pourront ensuite communiquer par des réseaux sociaux type Facebook pour organiser des moments à partager en chair et en os comme des dîners, des sorties ou des séances de jardinage. Un « ingénieur social » va également être recruté. Son rôle ? Gérer les conflits éventuels entre voisins mais aussi animer la vie du groupe en étant force de proposition sur les sorties et autres activités communes. Les promoteurs vont jusqu’à décrire ce projet comme un « réseau social physique ».

Vivre à plusieurs tout en étant seul

L’intérêt du coliving? Concilier les envies - parfois contradictoires - de la génération Y, dont les membres ont horreur d’être seuls et veulent une vie sociale riche, mais qui dans le même temps sont attachés à avoir leur propre chambre, leur propre cuisine, etc. « Avec ce mode de vie, nous cherchons à combiner un appartement (à un prix) abordable, plutôt que de vivre seul chacun de son côté dans son studio en banlieue », explique Troy Evans. Les loyers devraient varier entre 700 et 900 dollars, soit légèrement moins cher qu’un deux-pièces en centre-ville selon les promoteurs.

Les locataires devront signer des baux de six mois, mais les promoteurs du projet envisagent également de proposer quelques logements sur des plates-formes de location courte type Airbnb, afin que de nouvelles personnes viennent régulièrement se mêler à leur communauté.

Comme l’analyse l’article du magazine The Atlantic, le concept du « Coliving », à mi-chemin entre la colocation et la location traditionnelle pourrait bien trouver sa clientèle parmi la génération Y. Ces jeunes adultes sont indépendants financièrement et ils ont quitté le nid parental. Ils restent célibataires plus tard que les générations précédentes tout en ayant une vie sociale très active via les réseaux sociaux, qui sont pour eux un mode de communication naturel. S’ils ont souvent recours à la co-location pour des raisons financières, ce mode de vie ne leur convient pas tout à fait car ils sont habitués à un certain confort : avoir sa propre chambre mais aussi sa propre salle de bain ou sa propre cuisine pour ne pas avoir à partager une étagère dans le frigo. Devant ces exigences nouvelles, le coliving pourrait bien être la solution.

Si leur projet fonctionne, les promoteurs envisagent déjà d’étendre le concept dans d’autres villes comme Cleveland.