Investissement locatif : à quel âge faut-il se lancer ?

À chaque âge ses bonnes raisons pour se lancer dans l'investissement locatif !

Investissement locatif : à quel âge faut-il se lancer ?

Pour de nombreuses personnes, se construire un patrimoine immobilier passe en premier lieu par l'achat d'une résidence principale. Il s'agit pourtant d'un projet très engageant qui peut bloquer la capacité d'emprunt pour les 20 ou 30 prochaines années. Une autre piste existe : l'investissement immobilier locatif, qui peut permettre de poser la première pierre de son patrimoine immobilier, même avec des moyens limités. Petit tour d'horizon des bonnes raisons de se lancer, quelle que soit votre tranche d'âge.

Investir dans le locatif à 30 ans

À ce stade de la vie, l'achat d'une résidence principale représente un engagement sur 20 ou 30 ans et un emprunt d'un montant considérable pour acquérir une surface correcte. De quoi faire peur aux jeunes actifs qui n'ont pas forcément beaucoup de visibilité sur leur avenir - stabilité professionnelle, mobilité géographique, vie de couple - et veulent garder une certaine liberté de mouvement.

Résultat, la plupart des trentenaires renoncent à toute forme d'investissement, alors même que cette période est idéale pour commencer à se constituer un patrimoine immobilier via un investissement locatif. Qu'il s'agisse d'un studio ou d'un deux-pièces, ce sont des biens dont le prix reste accessible et qui ne nécessitent pas d'apport financier particulier. Le crédit correspondant à cet achat a peu d'impact sur le budget quotidien de l'investisseur puisque ce sont les recettes locatives générées par la mise en location du bien qui permettent de rembourser. Il faut toutefois prévoir de se constituer une petite épargne de précaution pour pouvoir payer soi-même le crédit en cas de vacance du bien pendant quelques mois et souscrire à des assurances de loyers impayés comme la garantie Visale.

Une fois ce premier achat remboursé, le bien pourra servir d'apport auprès de la banque pour l'achat d'une résidence principale ou les recettes locatives pourront constituer une rente régulière appréciable.

Investir dans le locatif à 40 ans

Arrivés à la quarantaine, de nombreux particuliers sont encore freinés pour se lancer dans l'acquisition d'une résidence principale : ils aspirent à une certain surface, avec une certaine localisation mais à l'achat ce type de bien se révèle hors de portée pour leur bourse. Ils préfèrent donc rester locataires plutôt que de renoncer à leurs standards de vie.

Là encore, l'investissement locatif peut leur permettre de devenir propriétaires à moindres frais. Acheter pour louer permet de bénéficier d'un certain nombre de dispositifs de défiscalisation - comme la loi Pinel, le statut de LMNP ou encore l’investissement en EHPAD. Le propriétaire accepte de se soumettre à un certain nombre de contraintes - un plafonnement des loyers notamment - en échange d'avantages fiscaux qui lui permettent d'amortir une partie du prix d'achat du bien immobilier. Des réductions d'impôts bienvenus à un stade de la carrière où la pression fiscale peut augmenter de façon conséquente.

Par ailleurs à cet âge, l'investissement locatif laisse une vingtaine d'années pour rembourser le crédit et transformer les recettes locatives en rente régulière.

Investir dans le locatif à 50 ans ou plus

Arrivé à la cinquantaine, même le particulier qui a investi dans une résidence principale est souvent dans la dernière ligne droite pour achever de liquider son crédit principal. Il lui reste par ailleurs une quinzaine d'années dans la vie active. Il retrouve donc une capacité d'emprunt qu'il peut utiliser afin d'augmenter son patrimoine immobilier par le biais d'un investissement locatif. Il peut ainsi en profiter soit pour se constituer une rente régulière qui viendra à terme compléter sa pension de retraite, soit faire du bien sa résidence principale une fois parti à la retraite.