• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Copropriété : les bons syndics existent-ils ?

Faut-il privilégier une société immobilière ou un syndic ? l’AG peut-elle refuser de ratifier les dépenses engagées l’année précédente ? Comment se séparer de son syndic ? Des experts vous répondent.

Avec Catherine Schmidiger, rédactrice en chef au Particulier immobilier <http://www.leparticulier-immobilier.fr/>, spécialiste au sein du groupe Le Particulier de l’immobilier ;
et Maître Gabriel Neu-Janicki, avocat à la cour de Paris et dirigeant de son propre cabinet. Il est spécialiste de l’immobilier et membre de la Royal institution of Chartered Surveyors.

Est-ce que les bons syndics qui font l’unanimité existent ?

Catherine Schmidiger - Ça existe notamment quand vous avez en face un bon conseil syndical. Souvent la condition d’un bon syndic est un conseil syndical participatif hyper impliqué qui représente les copropriétaires de manière intelligente.

Un bon syndic, c’est aussi un syndic adapté à une copropriété X ou Y. Un immeuble avec 5/10 lots n'a pas les mêmes besoins q'un immeuble avec 200 lots. La décision importante à prendre est de rechercher le syndic qui vous convient.

Faut-il privilégier une société immobilière ou un syndic ? Quelles différences entre les deux ?

Catherine Schmidiger - La majorité des syndics est constituée en société. La question est gros syndic ou petit syndic ? Ça dépend, de toute façon une société de syndic est composée de gestionnaires qui vont prendre en charge la copropriété. Mais vous pouvez avoir une très grosse société de syndic avec un très bon employé gestionnaire ou bien un petit syndic qui sera un excellent petit syndic, tout est possible.

Comment fait-on pour être membre du conseil syndical ?

Gabriel Neu-Janicki - On porte sa candidature lors du conseil syndical

Il faut se présenter chaque année pour rentrer dans le conseil syndical ?

Gabriel Neu-Janicki - Exactement et c’est une élection comme une autre.

L’AG peut-elle donner un mandat général au conseil syndical et fixer un montant de dépenses par intervention de 5 000 € sans fixer de plafond global et sans fixer le type de dépense si ce n’est « sauf urgence » ?

Gabriel Neu-Janicki - Oui. Le conseil syndical à la possibilité - jusqu’à un certain montant de prendre des engagements. Ce montant est déterminé en assemblée générale.

Et si l’AG refuse de ratifier les dépenses engagées l’année précédente ?

Gabriel Neu-Janicki - Si vous êtes propriétaire, vous avez le droit de refuser l’approbation des comptes. Il y a certaines copropriétés qui pour se prémunir ou pour mettre en danger le syndic  n’approuve jamais les comptes.

Est-ce qu’on peut se séparer de son syndic, dans quel cas de figure, et dans quelles conditions ?

Gabriel Neu-Janicki - C’est un apport de la loi Alur. Dorénavant, systématiquement lors de l’assemblée générale, il devra y avoir une mise en concurrence. Un conseil syndical doit, tous les trois ans - lors de son renouvellement -, mettre en concurrence le syndic.

Ensuite, lorsque vous souhaitez révoquer votre syndic juste avant une assemblée générale, il faut envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception où  de mettre à l’ordre du jour l’élection d’un ou plusieurs autres syndics. Lors de l’assemblée générale, l’ancien syndic est révoqué et un nouveau syndic élu.

Catherine Schmidiger - Dès l’instant ou un nouveau syndic est élu, l'autre est révoqué immédiatement : c'est un apport de la loi ALUR. Auparavant, il y avait des carences de syndics : tout est fait qu'il soit plus simple de se séparer de son syndic.