• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Retraite: deux moyens de percevoir davantage

Surcote ou cumul emploi-retraite  ? Lequel de ces deux dispositifs est le plus avantageux pour gagner plus à la retraite  ? Explications et simulations.

Retraite: deux moyens de percevoir davantage

Très souvent les salariés l'oublient : leur retraite par répartition constitue pour la plupart, l'actif le plus important de leur patrimoine. Même si c'est un actif non tangible, non liquide, inutile de le négliger. Mieux vaut en effet le débloquer assez rapidement, sans nécessairement s'arrêter de travailler. L'idéal consiste à cumuler emploi-travail.

 

Viser la surcote

Pour muscler leurs revenus d'inactivité, nombre de salariés tablent sur la surcote de 1,25% pour chaque trimestre cotisé depuis le 1er janvier 2009, instaurée par la réforme Fillon. Applicable une fois qu'on a atteint l'âge légal de départ à la retraite, -âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa retraite -la surcote procure donc une majoration de 5% par année supplémentaire d'activité. Si un actif ayant déjà tous ses trimestres, travaille par exemple six trimestres de plus, sa surcote se chiffrera à 6 x 1,25% = 7,5%. Ce pourcentage majorera le montant de base de sa retraite versée par la CNAV (caisse nationale d'assurance vieillesse). De plus, une prolongation d'activité salariale procure des points des retraites complémentaire (Arrco et Agirc notamment), ce qui dope la pension à terme. Avis nuancé de Maximis retraite : "Ce système de surcote reste assez inefficace, car il ne s'applique pas aux retraites complémentaires estime Emmanuel Grimaud. Lorsqu'on sait que la retraite CNAV tourne autour de 1.000 euros par mois maximum, une année supplémentaire procure donc 50 euros par mois au retraité, soit 600 euros par an".

 

Un retraité en exercice, avec des ressources non limitées

Au lieu de tabler sur la surcote, d'autres salariés privilégient le cumul emploi-retraite, qui permet d'augmenter leurs revenus en reprenant une activité salariée. Deux grands cas de figure peuvent se présenter Un particulier remplit les trois conditions suivantes

- avoir au moins l'âge légal de partir à la retraite (par exemple 60 ans s'il est né entre le 1er janvier 1951 et le 30 juin 1951) ,
- avoir tous ses trimestres lui permettant d'obtenir une retraite à taux plein, soit dans notre exemple 163 trimestres ,
- avoir liquidité toutes ses retraites : CNAV, ARRCO, AGIRC et éventuels autres régimes.

"Dans ce cas, ce retraité peut reprendre une activité salariée dès le 1er jour de sa retraite, et ce, même chez son dernier employeur ", explique-t-on à la CNAV. L'entreprise met fin à son contrat de travail et lui en propose un autre. A noter que les cotisations de retraite seront tout de même retenues sur ce salaire, sans procurer de nouveaux droits au retraité actif. Pas question par conséquent de majorer sa pension de retraite proprement dit. Mais elle se complète par le " nouveau salaire " du senior reprenant ou poursuivant une activité professionnelle. Dans la pratique, il n'existe aucun délai de carence pour une reprise d'activité chez un employeur, ni plafond pour la rémunération de la " nouvelle " activité salariée.

Evaluez sa retraite par répartition

« La plupart des salariés optimisent leur revenu, leur patrimoine, leur fiscalité, leur succession, mais par leur retraite obligatoire » constate Emmanuel Grimaud, Président de Maximis retraite. En se basant sur une retraite par répartition moyenne de 1.700 euros mensuelle, une femme de soixante ans qui liquide ses droits peut tabler sur un cumul de 612.000 euros de pension de retraite ( espérance de vie de 30 ans). Quant à un « jeune » sexagénaire, tout au long de sa vie, il devrait percevoir au titre de la pensions de retraite, 510.000 euros ( 25 ans d'espérance de vie, selon les tables de mortalité Insee 2003). Agés de soixante ans et mariés, Mr et Me se retrouvent à la tête d'un beau « capital retraite par répartition » : 612.000 + 510.000 = 1.122.000 euros + 55.080 euros de retraite de reversion (que devrait percevoir Me entre 85 et 90 ans, dans l'hypothèse où l'époux disparaît à 85 ans), soit une rondelette somme de 1.177.080 euros, selon les calculs de Maximis Retraite. Débloquer ces fonds le plus rapidement possible incite nombre d'actifs à liquider leur retraite, sans miser sur la surcote.

 

Des ressources plafonnées

-Un délai de six mois est nécessaire entre son départ à la retraite et la reprise d'une activité, si elle a lieu chez son ancien employeur. Exemple : Mr a quitté son entreprise le 1er février 2012 pour partir à la retraite. Il faudra patienter jusqu'au 1er septembre 2012 pour qu'il puisse signer un autre contrat de travail, avec son ancien employeur. En revanche, dès le lendemain de la fin de son contrat de travail avec son employeur, il peut en signer un autre, avec un nouvel employeur .
-Quel que soit l'employeur avec lequel on travaille, une limite de revenu s'impose."Le total mensuel des montants bruts de ses retraites de salarié (régimes de base et régimes complémentaires) et son nouveau salaire d'activité ne doit pas excéder la moyenne mensuelle de ses trois derniers salaires" poursuit-on à la CNAV.

Exemple : en janvier 2012, Mr X a perçu 3.600 euros. En décembre et en novembre 2011, il a gagné respectivement 3.500 euros. Sa limite de cumul ressort à 3.533 euros.Le total mensuel des retraites de salarié de base et complémentaires et, de son salaire ne doits pas dépasser la moyenne de ses trois derniers salaires. Si ses pensions de retraite totalisent 2.000 euros mensuels, sa rémunération salariale ne peut pas dépasser 1.533 euros par mois.

En matière de retraite, chaque cas est personnel. A chacun de faire un bilan et de définir sa stratégie en fonction de ses priorités et du marché du travail.

 

Martine DENOUNE