• Compte Bancaire
    Jusqu'à 120€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 29 septembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 40€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 40€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/12/16
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 29 septembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 30 septembre 2016 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 décembre 2016

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 27 octobre 2016*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,90% TAEG fixe

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank
    Offre valable du 12 au 25 septembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 10 000 € entre 36 et 60 mois inclus

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      Voir l'exemple représentatif

  • L'argent, on en parle

Epargne : les choix à faire avant 2011

Si votre employeur abonde votre PEE ou Perco, versez les sommes nécessaires avant la fin de l'année pour obtenir sa contribution maximale.

Epargne : les choix à faire avant 2011

Deux choses à faire avant la fin de l'année en matière d'épargne retraite et/ou d'épargne salariale. La première : aller vérifier que vous avez versé les sommes nécessaires sur votre PEE (plan d'épargne entreprise) ou sur votre Perco (plan d'épargne retraite collectif) pour bénéficier de l'abondement maximal de votre employeur. L'abondement, c'est la somme qu'il s'engage à verser chaque fois que vous faites un versement sur l'un ou l'autre de ces plans.

Si l'abondement est de 100 % par exemple, cela signifie que chaque fois que vous versez 1 euro, votre employeur ajoute gracieusement 1 euro. En termes de rendement, c'est un placement sans équivalent : à peine inscrite en compte, votre épargne a déjà… doublé. Voire plus. Tout dépend, bien entendu, du montant de l'abondement prévu dans chaque entreprise.

En 2008, " en moyenne, l'abondement est de 33 centimes pour 1 euro versé sur un PEE et de 1 euro pour 1 euro versé sur le Perco ", explique la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) dans sa dernière analyse sur le sujet (octobre 2010, n° 071). Cela varie selon les entreprises et les secteurs d'activités. " De 200 euros en moyenne pour un PEE dans le secteur de fabrication de matériels de transport, l'abondement atteint 3.250 euros dans l'industrie extractive, deux secteurs où les plans d'épargne entreprise sont très largement répandus ", selon la même analyse de la Dares. L'abondement est de toute façon limité à 8 % du plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS), soit à 2.770 euros pour le PEE, et à 16 % du PASS, soit à 5.539 euros pour le Perco en 2010.

Profiter de l'abondement

" Quel que soit le niveau d'abondement de votre employeur, il faut systématiquement aller le chercher et cela avant la fin de l'année ", explique Alain Polleux, directeur épargne retraite chez AXA Entreprises. " Quitte à retirer les sommes disponibles de votre PEE pour l'alimenter à nouveau ou pour les porter sur votre Perco ", poursuit Patrick Lamy, directeur juridique et fiscal de BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises. Sachant que sur le PEE, les sommes versées seront bloquées pendant cinq ans et jusqu'à votre départ à la retraite sur le Perco (sauf cas de déblocage, lire page suivante).

Une fois cette opération réalisée, reste à vous intéresser, toujours avant la fin de l'année, à votre épargne retraite. Les cotisations que vous y versez sont déductibles de votre revenu imposable dans une certaine limite, d'ailleurs commune à tous les produits individuels ou d'entreprise qui ont cette vocation.

Inutile de faire les calculs vous-même pour savoir jusqu'à combien vous pouvez verser pour profiter de la déduction maximale : l'administration fiscale s'en charge. C'est en effet indiqué dans l'avis d'impôt sur le revenu que vous avez reçu au mois d'octobre. Une rubrique spécifique, initulée " plafond épargne retraite ", vous renseigne sur les sommes que votre foyer fiscal peut encore consacrer à l'épargne retraite - tout ce qui a été versé par votre entreprise est déjà pris en compte -pour bénéficier du plafond de déductibilité maximal.

Flirter avec les plafonds

Sachez que si votre conjoint ne consomme pas son disponible retraite, vous pouvez l'utiliser et inversement. Par ailleurs, le plafond non utilisé une année est reporté sur les trois années suivantes. Une fois ce montant déterminé, les contribuables peuvent le verser soit via un versement volontaire sur leur produit retraite d'entreprise si cette faculté est ouverte - ce n'est pas encore le cas de tous ces produits, mais avec la réforme des retraites, les contrats dits " article 83 " doivent désormais pouvoir accueillir des versements volontaires -, soit sur un contrat d'épargne retraite individuel de type PERP, Préfon pour les fonctionnaires ou Madelin pour les travailleurs non salariés.

Le choix du produit individuel est, on le voit, souvent dicté par la qualité professionnelle du contribuable. Les salariés, eux, peuvent en plus du traditionnel PERP, vendu par les banquiers et les assureurs, opter pour un versement dans leur contrat retraite d'entreprise. " Les produits d'entreprises présentent l'avantage de proposer des frais négociés, donc généralement inférieurs à ceux appliqués par les contrats individuels. Pour les frais sur versements, la moyenne est de 4 % à 5 % pour un PERP, mais elle retombe à 1,5 % à 2 % sur les contrats de retraite collective. Idem pour les frais de gestion prélevés chaque année sur l'encours du contrat : 0,95 % à 1 % dans un PERP contre 0,80 % sur les articles 83 d'entreprises. Une différence non négligeable, qui se retrouve dans le rendement ", conclut Alain Polleux.

Mais le PERP retrouve un avantage avec la réforme des retraites : il permet une sortie en capital à hauteur de 20 % des sommes épargnées, ce qui n'est actuellement pas le cas des contrats collectifs qui, eux, continuent de sortir exclusivement en rente viagère. En tout état de cause, si vous ne disposez pas des sommes suffisantes pour verser à la fois sur vos PEE-Perco et sur votre épargne retraite, préférez toujours les premiers : " Profiter de l'abondement maximal de l'employeur ne mérite aucune réflexion patrimoniale préalable, c'est une somme qui vous est donnée et dont vous auriez tort de vous priver ", dit Patrick Lamy.

Pour l'épargne retraite, une approche patrimoniale s'impose, elle n'est vraiment intéressante que si vous êtes dans les tranches hautes à l'impôt sur le revenu. Sinon, l'avantage fiscal sera moindre pendant la phase de constitution, alors que la fiscalité applicable à la rente viagère à la sortie - la même que les salaires, soit avec un modeste abattement de 10 % -n'est pas forcément avantageuse pour tout le monde (lire " Les Echos Patrimoine " du 29 octobre). Mireille WEINBERG