• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Trimestres manquants : rachat recommandé dans certains cas

Le rachat de trimestres est une opération coûteuse et pas toujours efficace. Nos conseils pour y voir clair.

Trimestres manquants : rachat recommandé dans certains cas

Pour bénéficier d'une retraite à taux plein, il faut justifier d'un nombre précis de trimestres travaillés, par exemple 166 trimestres pour les personnes nées en 1955, 165 pour celles nées en 1954. Pour les actifs, ce compte est important, car il influe sur le montant de leur retraite de base et surtout sur celui de la complémentaire, qui " représente jusqu'à de 60 à 70 % de leur pension totale ", souligne Pascale Gauthier, associée chez Novelvy.

1 Reconstituer sa carrière

" Quelques années avant de prendre sa retraite, il faut reconstituer toute sa carrière professionnelle. Si le compte de trimestres n'est pas atteint, la loi alors offre la possibilité de se rattraper et de racheter des trimestres manquants ", explique-t-on à la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV). Souvent, des trimestres manquent pour cause d'années incomplètes, par exemple lorsque le salarié a travaillé moins de quatre trimestres dans une année civile (CDD, petit salaire) ou au cours des années d'études supérieures. " Le rachat n'est pas systématique, tout dépend du projet de vie de chacun : la personne veut-elle partir à la retraite le plus tôt possible ou, au contraire, travailler le plus tard possible ? Travailler à mi-temps ou partir à l'étranger ? Toutes ces données influent sur la décision ", affirme Emmanuel Grimaud, président fondateur de Maximis Retraite.

2 Mesurer le retour sur investissement

Vers la quarantaine ou la cinquantaine, le moment paraît opportun pour s'intéresser à cette option de rachat même si l'on est souvent obligé d'envisager plusieurs scénarios quant à l'évolution du système de retraite et de l'âge légal. Une fois le nombre de trimestres estimé ou connu, on est en mesure de savoir si le jeu en vaut la chandelle. Autrement dit, si l'argent dépensé pour récupérer quelques trimestres suffira à doper significativement la future pension, et surtout à quel horizon cette opération sera optimisée et rentable. " Pour savoir si le rachat est gagnant, il faut mesurer le retour sur investissement et évaluer le rendement de cette opération ", insiste Emmanuel Grimaud. Les résultats varient sensiblement selon l'âge de la demande, le niveau de salaire, le nombre de trimestres manquants, l'âge de départ à la retraite, le type de régime complémentaire, le coût du trimestre (voir tableau ci-dessus). " Les paramètres à prendre en compte sont tellement nombreux que c'est à chaque fois une analyse au cas par cas ", assure Pascale Gauthier.

3 Choisir le bon moment

Quant au timing de l'opération, il influe sur le coût du trimestre. Ce dernier progresse avec la proximité de l'âge de la retraite et le niveau (élevé) de salaire. Selon le barème de la CNAV et notamment l'âge du rachat (entre 20 et 60 ans), les écarts de prix vont de 1 à 6. Par exemple, une personne âgée de 50 ans devra débourser 3.353 euros par trimestre, 3.728 euros à 55 ans et 4.068 euros à 60 ans. " La facture peut vite devenir salée lorsqu'il faut racheter 5, 8 ou 10 trimestres ", souligne François Laurentin, directeur de développement chez France Retraite.

4 Respecter les conditions

Selon la CNAV, entre le 1er janvier 2004 et le 30 juin 2010, les 29.350 rachats enregistrés ont porté sur 6,1 trimestres en moyenne. Pour mémoire, le rachat de trimestres obéit à plusieurs conditions : le rachat (toujours avant la retraite) n'est possible qu'une seule fois et limité à 12 trimestres. Le paiement s'effectue au choix en une ou en plusieurs fois. Entre 2 et 8 trimestres, les prélèvements mensuels s'échelonnent entre 12 et 36 mois , de 9 à 12 trimestres, l'étalement va jusqu'à 60 mois. Enfin, la dépense est déductible du revenu imposable.

Laurence BOCCARA