• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    2,50% TAEG

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    Offre valable 14 novembre au 4 décembre 2016, réservée aux clients BforBank,
    pour toute demande de prêt personnel de 5 001 à 15 000€ entre 25 et 48 mois inclus.

    Vous remboursez 48 mensualités de 219,02, hors assurances facultative. Le montant
    total dû est de 10 512,96€. Le Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe est de 2,50%.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

« Je me retrouve avec une pension de retraite bien inférieure à celle que j’escomptais »

William, 65 ans a mené une carrière professionnelle entre privé et public. Jeune fonctionnaire retraité, ses revenus mensuels ont été amputés de moitié.

Tasse de café en terrasse

Trois questions à William, 65 ans, de Paris (75). Marié et père d’une fille de 30 ans, ce jeune retraité de la fonction publique était responsable logistique au sein d’un ministère. Il a néanmoins commencé sa vie professionnelle dans le privé avant de devenir fonctionnaire. Après 40 ans d’activité à cheval sur deux régimes, aujourd’hui, il touche environ 2 500 euros par mois.

  • Ancien salaire : 5 000 € nets / mois
  • Pension actuelle : 2 500 € / mois
  • Pension de son épouse également retraitée : 2 500 € / mois
  • Revenus fonciers : 0 Revenus financiers : entre 500 et 1 500 € / an
  • Patrimoine financier : 50 000 € environ répartis sur un Livret A, un PEL et un PEA
  • Patrimoine immobilier : locataire de sa résidence principale et propriétaire d’un petit chalet à la montagne

BforBank : Comment vous êtes-vous préparé pour votre retraite ?

William : Dès l’âge de 50 ans, j’ai procédé à des estimations. Ayant eu une carrière multiple entre privé et public, afin de toucher une pension à peu près correcte, je pouvais partir à l’âge de 65 ans d’après les informations que j’avais obtenues. L’occasion rêvée de me tourner vers mes hobbies et mes passions, notamment la peinture et la sculpture.

Or, une fois à la retraite il y a quelques mois de cela, je me suis retrouvé devant une situation à laquelle je ne m’attendais pas : les renseignements et les estimations qui m’avaient été donnés étaient erronés. J’ai connu un problème avec mon ministère qui, en plus de liquider ma retraite de fonctionnaire devait également s’occuper de la liquidation de mes droits au titre de ma carrière dans le privé. Ca n’a pas été fait. J’ai donc été obligé de m’en occuper tout seul et c’est là que je me suis rendu compte que j’avais fait une grosse bêtise.

BfB : Quelle est votre perte de revenus ?

W : Aujourd’hui je me retrouve avec une pension de retraite bien inférieure à celle que j’escomptais. Moi qui pensais obtenir au moins 75% de mes revenus mensuels, en fait, ils ont été amputés de moitié. J’avais pourtant une rémunération relativement importante en fin de carrière. Mais comme tous les fonctionnaires une part importante de mes revenus était constituée par des primes. Or on paye des impôts dessus mais on ne cotise pas pour la retraite. Du coup les primes ne comptent pas. Par ailleurs, je me suis rendu compte qu’au titre de ma carrière dans le privé je ne touchais pas autant que ce qui m’avait été annoncé. Sinon j’aurais continué à travailler. J’aurais pu faire 2 ans de plus, aller jusqu’à 67 ans, afin d’avoir une pension à taux plein.

On n’est pas malheureux, on a un peu d’argent de côté, mais cette perte de revenus, pour ma femme également retraitée et moi même, c’est un coup de massue. Du coup, on va mettre la pédale douce sur nos projets de voyage qu’on comptait faire. Et puis on sortira moins souvent.

BfB : Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

W : Cette perte soudaine de revenus devrait être compensée par la baisse d’impôts qui suivra l’année prochaine. Avec quelques sacrifices, je pense qu’on arrivera à vivre avec une retraite plus modeste. J’aviserai l’année prochaine. Par ailleurs, ma fille qui a 30 ans se lance dans une petite entreprise de vente en ligne de vêtements de luxe pour hommes. Pour l’aider à démarrer, je vais voir de quelle manière je vais pouvoir travailler pour elle. Peu importe si ce sera rémunéré ou non.

Si j’ai un conseil à donner aux jeunes, il faut anticiper très largement son départ à la retraite du point de vue financier. C’est l’erreur que j’ai faite. Je n’ai jamais cotisé à un fonds de pension pour me faire un complément de revenu. Faites le nécessaire le plus tôt possible, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour envisager une retraite complémentaire. Cotisez à n’importe quoi. Même si au départ les sacrifices sont lourds, ce sera rentable par la suite.