Fin de la retraite à 60 ans et conséquences

Demain, 1er juillet 2011, la retraite à 60 ans aura officiellement disparu. L'occasion de faire le point sur ce qui va changer : durée de cotisation, âge de départ sans décote, pénibilité etc.

Fin de la retraite à 60 ans et conséquences

L'âge du départ à la retraite est désormais fixé à 62 ans pour toutes les personnes qui sont nées après 1956. Pour les autres, l'âge de départ est reculé de quatre mois par génération.

La durée de cotisation est, elle aussi, modifiée. Ainsi pour partir à la retraite sans décote, il faudra avoir cotisé 41 ans en 2012, 41 ans et demi en 2020 etc. Autre solution, arrêter de travailler à 67 ans et non plus à 65 ans. Cette nouvelle borne limite d'âge permet de partir à taux plein si l'on n'a pas son nombre de semestre nécessaire.

Ces mesures s'accompagnent également depuis le 1er janvier de la suppression de l'Allocation équivalente retraite. Celle-ci permettait aux chômeurs d'au moins 55 ans ayant leur nombre d'annuité de toucher environ 1000 euros en attendant leurs 60 ans. (voir à ce sujet la note d'Arnaud Balme)

Fini pour tout le monde ?

Sous certaines conditions, il est encore possible de partir à 60 ans. C'est notamment le cas pour toutes les personnes pouvant justifier d'une invalidité permanente d'au moins 20% en raison d'un accident de travail ou d'une maladie professionnelle. Pour les personnes souffrant d'une invalidité comprise en 10 et 20%, il faut pouvoir justifier d'une exposition d'au moins 17 années à " plusieurs facteurs de risques professionnels " (ministère du Travail cité par Nouvelobs.com).

Enfin, peuvent partir à taux plein dès 62 ans les personnes handicapées et celles nées entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955 qui ont " interrompu ou réduit leur activité professionnelle" pour élever au moins l'un de leurs enfants.

Ces différentes mesures n'empêchent pas une réflexion de fond promise pour 2013 sur "les conditions de mise en place d'un régime universel par points ou en comptes notionnels, dans le respect du principe de répartition au cœur du pacte social qui unit les générations". Enfin, en 2020, il sera temps de penser à une autre réforme puisque celle-ci ne garantit l'équilibre financier que jusque en 2020.

Et bien sûr, tout pendant, il s'agira d'envisager des solutions de placement complétant les dispositifs légaux.